Navigation – Plan du site
L’édition numérique

Apologie du livre. Demain, aujourd’hui, hier

Extraits
Robert Darnton
p. 61

Notes de la rédaction

Nous remercions les Éditions Gallimard qui nous ont aimablement autorisés à reproduire ces extraits.

Texte intégral

Robert Darnton, Apologie du livreAfficher l’image
Crédits : © Gallimard
  • 1  Robert Darnton, Apologie du livre. Demain, aujourd’hui, hier, Paris, Gallimard, 2011, p. 168.

1Les grands éditeurs ont tant augmenté les tarifs des revues périodiques, en particulier dans les sciences naturelles, qu’ils ont fait des ravages dans les budgets des bibliothèques de recherche. Afin de maintenir leurs collections de périodiques, celles-ci ont réduit de façon drastique leurs achats de monographies. Confrontées au déclin des commandes des bibliothèques, les presses universitaires ont quasiment cessé de publier dans les secteurs les moins fertiles si bien que les chercheurs spécialisés dans ces domaines n’ont plus de débouché pour leurs travaux. La crise concerne le fonctionnement du marché, non la valeur des travaux universitaires ; et elle est le plus aiguë chez ceux qui ont le plus grand besoin de la surmonter – la nouvelle génération d’universitaires dont les carrières dépendent de leur capacité à se faire publier1.

2Oui, Google pourrait bien réaliser le rêve des Lumières. Mais le fera-t-il ? Les philosophes du xviiie siècle considéraient les situations de monopole comme le principal obstacle à la diffusion du savoir – non seulement les monopoles de façon générale, qui étouffaient le commerce selon Adam Smith et les physiocrates, mais les institutions monopolistiques comme la Compagnie des imprimeurs à Londres et la Chambre syndicale des libraires et imprimeurs à Paris, qui étranglaient la libre circulation des livres.

  • 2  Ibid., p. 123-124.

3Google n’est pas une corporation et n’a pas cherché à créer un monopole. La société se donne au contraire un objectif louable, promouvoir l’accès à l’information. Mais la forme juridique de l’accord qu’elle a signé la rend invulnérable à toute concurrence. La plupart des auteurs et des éditeurs qui détiennent les copyrights aux États-Unis sont automatiquement couverts par ce document. Ils peuvent choisir de s’exclure du dispositif mais, quoi qu’ils fassent, aucune autre entreprise de numérisation ne pourra voir le jour sans l’aval de chacun des ayants droit, chose quasi impossible, à moins de s’embourber dans une nouvelle action en nom collectif. Si l’opération Google est approuvée par le tribunal – processus qui pourrait prendre encore deux ans –, cela assurerait à la société la mainmise sur la numérisation de presque les livres sous copyright aux États-Unis2.

Haut de page

Notes

1  Robert Darnton, Apologie du livre. Demain, aujourd’hui, hier, Paris, Gallimard, 2011, p. 168.

2  Ibid., p. 123-124.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 31, Paris, Collège de France, juin 2011, p. 61, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Robert Darnton, « Apologie du livre. Demain, aujourd’hui, hier », La lettre du Collège de France [En ligne], 31 | juin 2011, mis en ligne le 28 novembre 2011, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1243

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page