Navigation – Plan du site
L’édition numérique

Publications électroniques et livres numériques au Collège de France

Jean-Jacques Rosat, Patricia Llegou, Céline Vautrin et Emmanuelle Fleury
p. 52-55

Entrées d’index

Mots-clés :

édition numérique
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cf. l’enquête effectuée par Henri Leridon, « Qui sont les auditeurs des cours du Collège de France (...)

1Le succès de la diffusion audiovisuelle des enseignements développée par le Collège de France ces dernières années a dépassé toutes les attentes1 : le nombre d’heures de cours téléchargées dépasse un million en moyenne chaque mois pour l’audio et oscille entre 30 000 et 50 000 pour la vidéo. Mais l’écrit reste un support incontournable pour véhiculer le savoir scientifique.

  • 2  Les leçons inaugurales sont éditées depuis 1949 sous forme de livres et font l’objet, depuis 2003, (...)

2C’est dans cette optique qu’il a été décidé d’éditer les collections institutionnelles du Collège de France sous forme numérique. Trois de ces collections font parallèlement l’objet d’une édition imprimée : les Leçons inaugurales (collection qui comprend la quasi-intégralité des leçons inaugurales prononcées par les professeurs depuis 19492), l’Annuaire (Résumés des cours et travaux, miroir, depuis 1901, de l’enseignement et de la recherche) et la Lettre, qui présente et commente depuis dix ans les grands événements de l’institution. Une quatrième collection, éditée uniquement sous forme numérique, propose des textes inédits issus de colloques ou de conférences organisées par le Collège de France.

3La mise en ligne des publications, au fur et à mesure de leur parution ou au plus près de l’événement, est une façon de donner un accès plus rapide et plus large (à l’étranger notamment) aux textes d’actualité.

4Les collections seront progressivement complétées par tous leurs numéros anciens. Un grand nombre de leçons inaugurales ont en effet constitué, dans leur domaine et en leur temps, des événements marquants, parfois retentissants. Beaucoup sont aujourd’hui introuvables. Ces textes, comme les résumés rédigés chaque année par les professeurs à la fin de leur enseignement et publiés dans l’Annuaire, constituent des jalons dans l’histoire et la vie scientifique de l’établissement. Le projet est de constituer un énorme corpus en ligne, en libre accès, aisément accessible et citable, de l’ensemble des textes édités par le Collège depuis un siècle au moins.

Quatre collections en ligne

5Pour ce faire, le Collège de France a créé en juillet 2010 une plateforme d’édition électronique, réalisée en partenariat avec le Cléo3. Elle est hébergée sur le portail de Revues.org4 et accessible directement depuis le site Internet du Collège5. On y trouve déjà les publications les plus récentes : les deux derniers annuaires (2008-2009 et 2009-2010), onze leçons inaugurales, et neuf numéros de la Lettre, dont un numéro en anglais et deux hors-série : Claude Lévi-Strauss (2008) et Le Tabac (2010).

6Le site des Conférences propose deux ouvrages inédits : La pluralité interprétative (actes d’un colloque organisé par Alain Berthoz, Carlo Ossola et Brian Stock) et Korčula sous la domination de Venise au xve siècle (trois conférences de Oliver Schmitt, professeur invité). Cette nouvelle collection exclusivement électronique doit permettre à la fois d’élargir l’offre de publications et de diversifier le lectorat, à l’international notamment.

Le choix du libre accès

Édition en ligne

7L’édition électronique est le moyen de donner un accès libre et gratuit aux textes mis en ligne. Les textes sont publiés en HTML, le format standard du Web. Chaque article ou chapitre de livre se lit sur une page déroulante, comparable au rouleau ou volumen qui précéda l’invention du livre sous la forme que nous connaissons actuellement (le codex), avec une numérotation par paragraphe. La correspondance avec la pagination papier, lorsqu’elle existe, est indiquée en haut de chaque page. L’édition électronique ne fait pas concurrence à l’édition imprimée, elle renouvelle les usages de la lecture.

  • 6  Content Management System ou CMS en anglais. Un CMS est un logiciel destiné à la conception et à l (...)

8Les textes mis en ligne sont édités au sens strict et donc préparés avec le même degré d’exigence que pour un livre imprimé. Le système de gestion de contenus6 et la maquette sont adaptés à l’édition de textes complexes, riches typographiquement et plutôt longs, avec un environnement éditorial très structuré (sommaires automatisés avec liens actifs, gestion des notes, insertion de figures ou de médias, index d’auteurs et index thématiques, etc.).

Référencement

9L’édition des publications sur le portail Revues.org leur assure un référencement optimal.

10Dans l’univers numérique, une page mal référencée est une page qui n’existe pas.

  • 7  L’OAI-PMH (Open Archives Initiative’s Protocol for Metadata Harvesting) est un protocole d’échange (...)
  • 8  Littéralement « identifiant d’objet numérique ».

11C’est pourquoi il importe de se conformer aux standards du Web : Dublin Core pour les métadonnées, RSS pour la syndication, protocole OAI7 pour le moissonnage des métadonnées, Digital Object Identifier (DOI8) pour le référencement des ressources numériques, etc. Un soin particulier est donc apporté à la production des métadonnées et à leur interopérabilité afin qu’elles puissent être reconnues par le plus grand nombre de moteurs de recherches, que ceux-ci soient généralistes (comme Google, Bing, etc.) ou spécialisés (Google Scholar, Base, OAIster, Scirus), ainsi que par les annuaires de liens spécialisés (Intute) et les bases de données scientifiques nationales et internationales (Sudoc, WorldCat, EZB, Journal TOCs).

Citabilité

  • 9  Uniform Resource Locator ou « adresse universelle » en français.

12Il convient aussi que le lecteur puisse citer les textes édités en ligne aussi rigoureusement que s’ils étaient imprimés. Or la référence d’un document électronique est l’adresse de la page sur laquelle il apparaît, à savoir son URL9. Si l’on ne veut pas qu’Internet devienne un « cimetière d’erreurs 404 » (c’est-à-dire des pages introuvables parce qu’elles ont changé d’adresse ou ont été supprimées), il est indispensable de les doter d’une URL unique et pérenne, dont l’accessibilité à long terme est garantie. C’est encore plus vrai dans le monde de la recherche. Sans adresses pérennes, les publications s’excluent d’office de ce qui est le jeu de la science par excellence : la lecture, la citation et le commentaire critiques par les pairs.

Les livres numériques

13Outre la version principale, gratuite, en ligne, de chacune des publications, des formats « détachables » sont également disponibles : le PDF (fac-similé de l’édition papier ou PDF généré automatiquement) et l’ePub. Ces livres numériques (e-books) sont payants. Les contenus sont identiques. Les formats proposés au téléchargement (ePub et PDF) apportent un confort supplémentaire et sont adaptés à d’autres usages et supports : accessibilité hors connexion, types de fichiers et dimensions de la page de lecture adaptés à la plupart des supports mobiles (téléphones portables, liseuses de type iPad, Kindle, Sony Reader, Bookeen CyBook, etc.) ainsi qu’à un stockage sur ordinateur et à une impression papier.

14Ces fichiers numériques sont proposés à un prix très modique10. Ils peuvent être achetés directement en ligne, soit à partir de la page d’édition de chaque volume, par l’intermédiaire de la librairie Immatériel11, soit sur des plateformes de vente spécialisées (l’iBookstore pour l’iPad par exemple).

  • 12  Voir p. 56, l’article de Marin Dacos, directeur du Cléo, sur cette formule « OpenEdition Freemium  (...)

15Proposée et défendue par le Cléo sous le nom d’OpenEdition Freemium12, cette formule combinant la mise en ligne en accès libre et gratuit du texte intégral avec la commercialisation des fichiers dérivés (PDF et ePub) répond à une double exigence : accessibilité et diffusion optimales du savoir par le libre accès, et financement des acteurs de la chaîne éditoriale (auteurs, éditeurs, distributeurs, libraires en ligne) par la vente des « livres numériques ».

En quatre mois, 9064 leçons inaugurales et 2181 numéros de la Lettre ont été téléchargés sous forme de livres électroniques (ces ouvrages étaient proposés gratuitement de septembre à décembre 2010).

Réception : les premières analyses

16Les outils statistiques du Cléo permettent d’évaluer la fréquentation des publications électroniques. Entre juillet et décembre 2010, l’ensemble de la plateforme (les quatre collections) a reçu 95 100 visites.

17Le résumé de cours du Pr John Scheid publié dans l’Annuaire, portant sur « La cité, l’individu, la religion à Rome », a fait l’objet, par exemple, de 667 visites entre juillet et décembre 2010. Celui du Pr Don Zagier, « Topologie, combinatoire et formes modulaires », a été vu 545 fois sur la même période. La version imprimée de l’annuaire, qui regroupe chaque année les résumés des cours de tous les professeurs, est un énorme livre de plus de 1 000 pages. La version électronique permet à chacun d’accéder directement aux articles qui l’intéressent.

18Pendant la même période, chacune des leçons inaugurales mises en ligne a reçu entre 1 300 et 2 000 visites, et le numéro hors-série de la Lettre sur le tabac, par exemple, 6 475 – plus de deux fois son tirage papier !

19Les statistiques donnent également des indications sur la localisation géographique des internautes qui consultent nos collections. La France arrive naturellement en tête, mais nos pages sont visitées régulièrement aussi depuis un bon nombre de pays francophones (Canada, Belgique, Maroc, Algérie, Suisse, Côte d’Ivoire, Tunisie notamment) et non francophones (principalement les États-Unis, l’Allemagne, l’Italie, la Grèce, la Colombie, le Chili).

Exemples de pages de la Lettre du Collège de France consacrée à Claude Lévi-Strauss sur l’iPad.

Exemple de page de l’Annuaire sur l’iPad.

Accessibilité et archivage du savoir scientifique

  • 13  Sur l’importance de la mission de diffusion du savoir à tous, cf. l’éditorial de Pierre Corvol, ad (...)

20Internet offre des outils de diffusion du savoir dont personne n’aurait osé rêver il y a cinquante ans. L’édition en ligne, comme la plateforme de diffusion audiovisuelle du site Internet, sont une façon de prolonger l’amphithéâtre, de l’ouvrir plus largement encore13.

21Et un souci patrimonial s’ajoute à la volonté de diffusion. Dans les années qui viennent, les collections électroniques vont s’enrichir grâce à la mise en ligne progressive des anciennes publications, de traductions en anglais ou en d’autres langues pour certains titres, ainsi qu’à l’ajout de documents audiovisuels.

22Grâce aux textes édités en ligne, les vidéos et enregistrements des cours pourront être mieux référencés et valorisés, les textes constituant la meilleure introduction aux documents audiovisuels, et un réservoir de mots inépuisable pour les moteurs de recherche. En retour, le fonds audiovisuel exceptionnel du Collège de France servira à enrichir l’écrit : aujourd’hui, la vidéo de chaque leçon inaugurale vient déjà compléter l’édition du texte en ligne.

23Le projet vise ainsi à constituer des archives en ligne, en libre accès, de tout le fonds éditorial et audiovisuel du Collège de France.

  • 14  Elles sont accessibles directement à partir de la rubrique Publications/publications électroniques

24À moyen terme, le but visé est que la totalité des documents audiovisuels produits ou coproduits par le Collège de France14 se trouve rassemblée autour de la colonne vertébrale formée par les résumés de cours de l’Annuaire.

25De l’écrit à l’audiovisuel, du papier à l’électronique, et inversement : faisons que les auditeurs deviennent aussi des lecteurs, et parions que les internautes resterons aussi des lecteurs de livres.

Haut de page

Notes

1  Cf. l’enquête effectuée par Henri Leridon, « Qui sont les auditeurs des cours du Collège de France », Lettre du Collège de France, n° 29, juillet 2010, p. 5-7.

2  Les leçons inaugurales sont éditées depuis 1949 sous forme de livres et font l’objet, depuis 2003, d’une coédition avec les Éditions Fayard.

3  Le Cléo (Centre pour l’édition électronique ouverte) est une unité mixte de service (UMS 3287) associant le CNRS, l’EHESS, l’université d’Avignon et l’université de Provence. Ses missions sont de promouvoir le développement de l’édition électronique en sciences humaines et sociales et de contribuer à la diffusion des compétences liées à l’édition électronique.

4  Cf. http://www.revues.org. Développé par le Cléo, Revues.org est le plus ancien portail de revues en sciences humaines et sociales en France : il diffuse près de trois cents revues.

5  depuis la rubrique Publications > Publications électroniques : http://www.college-de-france.fr/default/EN/all/pub_elec/index.htm

6  Content Management System ou CMS en anglais. Un CMS est un logiciel destiné à la conception et à la mise à jour dynamique de sites web. Celui que nous utilisons, Lodel, est un logiciel libre d’édition électronique développé par le Cléo.

7  L’OAI-PMH (Open Archives Initiative’s Protocol for Metadata Harvesting) est un protocole d’échange destiné à faciliter celui-ci entre fournisseurs de données et fournisseur de services – bibliothèque, centre de documentation, portail thématique par exemple.

8  Littéralement « identifiant d’objet numérique ».

9  Uniform Resource Locator ou « adresse universelle » en français.

10  Actuellement, les leçons inaugurales et la Lettre, les autres collections suivront.

11  Cf. http://librairie.immateriel.fr/fr/list/editeur-227-collège-de-france

12  Voir p. 56, l’article de Marin Dacos, directeur du Cléo, sur cette formule « OpenEdition Freemium » : « tirage illimité » gratuit (free) en ligne et payant (premium) pour certaines fonctionnalités avancées (formats de téléchargement et bouquet d’accès et de services à destination des bibliothèques universitaires).

13  Sur l’importance de la mission de diffusion du savoir à tous, cf. l’éditorial de Pierre Corvol, administrateur du Collège de France, Lettre du Collège de France, n° 29, juillet 2010, p. 3 : « N’en déplaise à nos aînés, Docet omnia, la devise du Collège de France, est incomplète. Docet omnes omnia serait plus juste : il enseigne tout, à tous. »

14  Elles sont accessibles directement à partir de la rubrique Publications/publications électroniques.

Haut de page

Table des illustrations

Légende En quatre mois, 9064 leçons inaugurales et 2181 numéros de la Lettre ont été téléchargés sous forme de livres électroniques (ces ouvrages étaient proposés gratuitement de septembre à décembre 2010).
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1236/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Exemples de pages de la Lettre du Collège de France consacrée à Claude Lévi-Strauss sur l’iPad.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1236/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Exemple de page de l’Annuaire sur l’iPad.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1236/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 31, Paris, Collège de France, juin 2011, p. 52-55, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Jean-Jacques Rosat, Patricia Llegou, Céline Vautrin et Emmanuelle Fleury, « Publications électroniques et livres numériques au Collège de France », La lettre du Collège de France [En ligne], 31 | juin 2011, mis en ligne le 28 novembre 2011, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1236

Haut de page

Auteurs

Jean-Jacques Rosat

Articles du même auteur

Patricia Llegou

Articles du même auteur

Céline Vautrin

Articles du même auteur

Emmanuelle Fleury

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page