Navigation – Plan du site
Professeurs invités

Se faire un nom : Procréation, prouesses martiales et mort héroïque dans l’ancien Israël

Conférence de Jacob L. Wright, décembre 2010
Jacob L. Wright
p. 38

Notes de la rédaction

Jacob L. Wright de l’université d’Emory (Atlanta, USA), était invité par l’Assemblée des professeurs sur la proposition du Pr Thomas Römer, titulaire de la chaire Milieux bibliques, pour parler de « la manière de se faire un nom » d’après les sources du Moyen-Orient ancien et de la Bible hébraïque.

Texte intégral

1Jacob L. Wright a introduit son sujet par la citation d’une lettre du roi assyrien Shamshi-Adad (xviiie s. av. n. è.) envoyée à son fils Yasmah-Adad à Mari, afin de l’inviter à « être un homme » et à « se faire un nom » en conquérant la ville de Qatna :

Ici ton frère a remporté une victoire, mais de ton côté tu demeures parmi les femmes ! Maintenant, alors que tu marches avec ton armée en direction de Qatna, sois un homme ! À la manière de ton frère qui s’est établi « une grand renommée » [šumam rabêm ištaknu], toi aussi dans ta région « établis-toi un grand nom. »

2L’expression « faire / établir un nom pour soi-même » fait référence ici à la conquête militaire, mais peut-être aussi à l’action concrète d’ériger un monument commémorant le nom du vainqueur et affirmant son autorité sur le territoire de Qatna.

3Tout comme l’expression idiomatique des langues modernes européennes, l’expression sémitique « se faire un nom » véhicule l’idée d’un accomplissement personnel. En présentant les différents aspects de la mobilité sociale dans les anciennes sociétés de Mésopotamie, Wright a relevé une grande variété de textes et d’images dans lesquels des soldats, auteurs de hauts faits militaires, sont récompensés par des distinctions personnelles (par ex. des bracelets ou des abeilles / mouches en or) associées à un nouveau rang et à un nouveau titre (par ex. un « nom » plus honorable).

4L’aspiration à un nom glorieux et pérenne pouvait inciter des individus à faire preuve de prouesse martiale, parfois jusqu’à sacrifier leur vie. De telles « morts nobles » sur le champ de bataille sont largement attestées par les sources gréco-romaines, et le sont également dans les textes du Proche-Orient ancien. L’exemple le plus célèbre apparaît dans l’épopée de Gilgamesh. Dans un des épisodes, ce héros d’Uruk se décide à combattre le géant Huwawa. Bien que ses chances de victoire soient infimes, son courage héroïque à se lancer dans la bataille lui garantit une renommée post-mortem : « Si je devais tomber dans la bataille, je me serais néanmoins élevé un nom ! »

5Une lettre envoyée du front par un commandant au roi néo-assyrien Assurbanipal exprime le même sentiment. Sa troupe était largement inférieure à l’ennemi et se confrontait à une mort imminente. C’est alors que le commandant renouvelle son allégeance au roi et exprime sa volonté de mourir en brave : « Si nous mourrons, nous le ferons avec une excellente renommée ! »

6Se tournant vers la Bible hébraïque et les sources rabbiniques, Wright montre que ce corpus littéraire ne valorise pas la mort héroïque sur le champ de bataille. Selon la Bible hébraïque, les héros meurent « rassasiés de jours », alors que ceux qui tombent au champ de bataille (par ex. le roi Saül) entraînent avec eux une mauvaise réputation. De la même façon, ce corpus littéraire accorde la priorité à la procréation (de son « homonyme ») comme moyen de perpétuer son nom. (Dans les langues sémitiques, il est possible de se référer à un « enfant » comme à son propre « nom ».) De nombreux textes, dans la Bible comme dans les anciens commentaires juifs, montrent comment le peuple d’Israël compte sur la procréation plus que sur la glorification de la mort sur le champ de bataille.

7Dans la dernière partie de son exposé, Wright a montré comment cette caractéristique distinctive de la littérature biblique et rabbinique fournit un indice important concernant son origine et le processus de sa formation.

8La glorification de la mort héroïque est une expression de la souveraineté de l’État.

9C’est ainsi qu’il faut interpréter la tombe du soldat inconnu qui repose sous l’Arc de Triomphe à Paris : une affirmation de la souveraineté. Ces monuments témoignent de la détermination de ses membres à mourir ou à envoyer d’autres mourir pour eux. Le vers des Odes d’Horace, Dulce et decorum est pro patria mori (« Qu’il est doux et magnifique de mourir pour sa patrie ») est répété sous différentes formes dans les récits d’origine de nombreux États, que ce soit celui de Nathan Hale pour les États-Unis ou de Joseph Trumpeldor pour l’État moderne d’Israël. Dans l’ancienne Athènes, l’oraison funèbre annuelle en l’honneur des morts de la guerre (epitaphios logos) est une occasion de célébrer – ou du moins d’affirmer – ce qui a contribué à grandir la cité. (L’exemple le plus illustre est celui de l’oraison funèbre attribuée par Thucydide à Périclès, suite à la première année de la guerre du Péloponnèse.)

10Alors qu’un certain nombre des matériaux transmis par la Bible ont émergé dans un contexte de souveraineté, et en réaction à des préoccupations liées à l’organisation du pouvoir, le rassemblement et la compilation de ces sources que forme la Bible ont été provoqués par la défaite militaire et la perte de souveraineté qui en a découlé. Les rédacteurs bibliques et les rabbins entreprirent leur travail à un moment où le triomphe militaire n’est plus envisageable et que la volonté de mourir dans les guerres contre l’Empire – babylonien ou romain – ne promet que davantage de peines et de souffrances. La procréation est par conséquent valorisée (et avec elle l’éducation), plutôt que les valeurs martiales et la mort héroïque, comme moyen le plus élémentaire de perpétuer son nom. Pour un peuple numériquement inférieur aux armées ennemies, cette stratégie est préférable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 31, Paris, Collège de France, juin 2011, p. 38, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Jacob L. Wright, « Se faire un nom : Procréation, prouesses martiales et mort héroïque dans l’ancien Israël », La lettre du Collège de France [En ligne], 31 | juin 2011, mis en ligne le 28 novembre 2011, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1215

Haut de page

Auteur

Jacob L. Wright

Jacob L. Wright est professeur assistant de Bible hébraïque à la faculté de théologie Candler de l’université d’Emory (Atlanta, USA). Il a obtenu son doctorat à l’université de Göttingen, et son premier livre, Rebuilding Identity : The Nehemiah Memoir and its Earliest Readers (2004), a reçu le prix Templeton récompensant le meilleur premier livre en sciences religieuses. Ses recherches actuelles portent sur la guerre et la société dans l’ancien Israël.

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page