Navigation – Plan du site
International

Le Collège Belgique

Hervé Hasquin
p. 31

Texte intégral

1L’histoire d’une Académie aussi ancienne que l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts fondée en 1772 est nécessairement rythmée par de grands événements : la fermeture par les Français en 1794, la réouverture par les Hollandais en 1816, la création d’une classe des Beaux-Arts en 1845 à côté de la classe des Sciences et de la classe des Lettres et des Sciences morales et politiques, et l’instauration d’un système en vertu duquel les classes siègent désormais séparément – c’est le temps d’un début de fragmentation du savoir. En 2009, c’est le temps d’une tentative de réunification du savoir, de la synthèse, de la globalisation avec la création d’une quatrième classe, Technologie et société, une classe d’ingénieurs, de financiers, d’industriels, de juristes, d’économistes, de philosophes, etc. Cette initiative relève d’un constat simple : le contrôle des technologies est l’affaire de tous.

2La création du Collège Belgique, qui a vu le jour de façon effective le 20 janvier 2009, relève en partie des mêmes préoccupations, avec en toile de fond la volonté de faire souffler un nouvel esprit académique et de faire de la Compagnie une Académie citoyenne. Le Collège Belgique a dès l’origine bénéficié du prestigieux parrainage du Collège de France.

3Quels sont les principes fondateurs et le mode de fonctionnement du Collège ? Il propose tant à un public curieux qu’au chercheur spécialisé des cours-conférences de haut niveau, dispensés par d’éminents orateurs, orientés vers des thématiques peu explorées et aux confins de différentes disciplines. Les leçons se tiennent pour deux tiers d’entre elles au Palais des Académies à Bruxelles et les autres au Palais provincial de Namur (capitale de la Wallonie). Elles sont accessibles gratuitement et sans inscription préalable.

Les leçons se tiennent pour deux tiers d’entre elles au Palais des Académies à Bruxelles

4Le Collège Belgique vise à sortir des universités et autres centres de recherche un savoir peu diffusé, afin de permettre à l’ensemble des citoyens d’y accéder.

5Le site internet de l’Académie rend accessibles les résumés préliminaires aux leçons ainsi que différents documents, et propose en outre une audiothèque qui permet d’accéder gratuitement aux enregistrements des leçons, par streaming ou téléchargement. Le podcast sera disponible à partir du mois de mai 2011.

6Les cours-conférences sont classés en trois catégories : sciences et technologies ; société, lettres et arts ; sciences biologiques et médicales. Chaque cycle annuel débute par deux séances d’ouverture, l’une à Bruxelles, l’autre à Namur.

7Le parrainage du Collège de France a été mis à l’honneur en janvier 2009, 2010 et 2011 car se sont succédé à la tribune du Collège Michel Zink et Jacques Livage, puis Pierre Corvol et Antoine Compagnon, et enfin cette année Stanislas Dehaene et Henry Laurens.

8Certains cours-conférences sont regroupés dans des sessions spéciales, ainsi à titre d’exemple Géosphère et hydrosphère, L’Antarctique dans tous ses états, Lumières révolutionnaires, La justice en vérités, Invariants et limites objectives de l’énergie pour un développement durable, Aspects sociétaux et politiques, Perspectives de l’énergie nucléaire. Une session est également consacrée à des professeurs du Collège de France, cette année Édouard Bard (Réchauffement mondial, soleil ou gaz à effet de serre ?) et Philippe Descola (Les formes du visible).

9Au total ont été dispensées 119 leçons en 2009, 129 en 2010 et 148 le seront en 2011, auxquelles s’ajoutent divers colloques, par exemple Musique et sciences de l’esprit en 2010, Arts du spectacle vivant en 2011. Avec 5120 participants en 2010, la fréquentation a augmenté de 60 % par rapport à 2009 alors que l’audiothèque en sept mois a mobilisé plus de 7500 visiteurs.

10L’expérience du Collège Belgique comportait au départ des risques considérables : quel public serait intéressé ? L’Académie pourrait-elle bénéficier du soutien du monde universitaire et des chercheurs ?

11La Compagnie serait-elle à même de mobiliser les énergies et de faire passer son message à l’extérieur des milieux très spécialisés pour atteindre des tranches plus larges de l’opinion en Belgique et à l’étranger ? A l’évidence, la réponse est positive. Tant les visites du nouveau site de l’Académie que l’audiothèque connaissent une croissance exponentielle du nombre de leurs visiteurs. L’honneur que nous a fait le Collège de France n’est certainement pas étranger à ce succès.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Les leçons se tiennent pour deux tiers d’entre elles au Palais des Académies à Bruxelles
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1207/img-1.png
Fichier image/png, 608k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 31, Paris, Collège de France, juin 2011, p. 31, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Hervé Hasquin, « Le Collège Belgique », La lettre du Collège de France [En ligne], 31 | juin 2011, mis en ligne le 28 novembre 2011, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1207

Haut de page

Auteur

Hervé Hasquin

Secrétaire perpétuel de l’Académie royale de Belgique

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page