Navigation – Plan du site
International

Le Collège de France : un modèle exportable ?

Pierre Corvol
p. 30

Texte intégral

Le Collège de France a signé 17 conventions avec des institutions étrangères. En quoi le partenariat avec la Belgique est-il particulier ?

L’une des missions du Collège de France est de promouvoir la recherche et la pensée françaises et de participer aux grands débats d’idées et à la vie scientifique au niveau mondial. Il est donc engagé dans des échanges internationaux, notamment au moyen de partenariats permettant de créer au sein d’institutions étrangères des chaires d’accueil pour les professeurs du Collège. Initialement, en signant en juin 2007 une convention avec l’Université libre de Bruxelles (ULB), le Collège engageait un partenariat semblable à ceux qu’il a noués avec de nombreux autres organismes de recherche et d’enseignement supérieur. Au terme de cette convention, en accord avec l’ULB et avec les autres universités francophones belges, chaque année, deux à trois séances de quatre heures sont assurées à Bruxelles par des professeurs du Collège de France, dans le palais de l’Académie royale de Belgique. Les professeurs sont choisis par un comité de pilotage constitué de représentants des universités de la Communauté française de Belgique, sous la présidence de Jacques Reisse, professeur émérite à l’ULB, qui – avec les Professeurs Jean-Pierre Changeux et John Scheid, du Collège de France – est à l’initiative de cette collaboration.

Ce partenariat s’est avéré très fructueux et en 2008, M. Hervé Hasquin, secrétaire perpétuel de l’Académie royale de Belgique, a sollicité le parrainage du Collège de France pour une nouvelle structure alors en cours de création, le Collège Belgique, qui reprenait l’essentiel des principes qui régissent le fonctionnement de notre maison. Dès lors, nos relations ont dépassé largement le cadre d’un partenariat ordinaire, puisqu’elles ont en quelque sorte suscité la création d’une nouvelle institution académique, le Collège Belgique, né officiellement en 2009.

Le Collège de France est-il un modèle exportable ?

Le Collège Belgique est sans équivoque une institution belge, mais il reprend les caractéristiques fondamentales du Collège de France : il dispense des cours ouverts à tous, d’accès libre, sur des sujets de préférence transversaux, non enseignés dans les universités. Les cours concernent aussi bien les humanités que les sciences et présentent la recherche en train de se faire.

Ils sont donnés par des membres de l’Académie ou des professeurs invités, ne sont professés qu’une fois, ne donnent lieu à aucun examen ou diplôme – mais peuvent être intégrés à des cursus doctoraux. Ils sont largement diffusés par les réseaux numériques : disponibles sur le site internet de l’Académie royale de Belgique, ils seront accessibles également sous forme de podcast dès cette année.

Les professeurs du Collège de France ont été sensibles à ces parentés et ont accepté avec enthousiasme de parrainer ce projet. Ils y participent activement, notamment à l’occasion des séances annuelles d’ouverture du Collège Belgique – qui sont doubles puisque les enseignements sont donnés dans deux villes : Bruxelles et Namur.

Les cours du Collège de France à Bruxelles sont désormais intégrés au programme du Collège Belgique. Au moment de son renouvellement en 2011, la convention devrait être modifiée pour être conclue cette fois entre le Collège de France et l’Académie royale de Belgique, qui joue un rôle prééminent parmi les acteurs belges du partenariat.

C’est pour le Collège de France une grande satisfaction de constater qu’il est une source d’inspiration pour des institutions analogues dans d’autres pays. Je note d’ailleurs qu’Abraham Flexner, l’inspirateur de l’Institute for Advanced Study de Princeton fondé en 1930, avait également mentionné le Collège de France comme un de ses modèles. Et tout récemment, le président du Korea Research Council of Fundamental Science and Technology, en visite à Paris, a manifesté son intérêt pour la structure et le mode de fonctionnement du Collège.

Est-ce un pas vers un modèle européen ?

Nous serions évidemment heureux de voir se diffuser un modèle inspiré de l’humanisme de la Renaissance, qui a profondément marqué l’histoire et l’identité européenne et qui, dans un monde qui paraît souvent désorienté, constitue un repère précieux pour l’avenir.

Promouvoir une recherche libre et œuvrer à sa diffusion pour tous, c’est une idée plus moderne que jamais.

La meilleure preuve en est le succès rencontré par nos institutions, en France comme en Belgique, auprès d’un public qui dépasse largement, grâce aux médias numériques, les frontières nationales.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1205/img-1.png
Fichier image/png, 806k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 31, Paris, Collège de France, juin 2011, p. 30, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Pierre Corvol, « Le Collège de France : un modèle exportable ? », La lettre du Collège de France [En ligne], 31 | juin 2011, mis en ligne le 28 novembre 2011, consulté le 24 avril 2014. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1205

Haut de page

Auteur

Pierre Corvol

Administrateur du Collège de France et titulaire de la chaire de Médecine expérimentale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Collège de France

Haut de page