Navigation – Plan du site
Chaires

Interview avec Dov Zerah

Dov Zerah
p. 28-29

Texte intégral

Vous êtes depuis mai 2010 le nouveau directeur général de l’AFD, qui fête cette année sa soixante-dixième année d’existence. Comment décririez-vous cette agence ?

L’AFD a été créée en 1941 à Londres, par le Général de Gaulle. À l’époque, la France libre s’organise, elle récupère des territoires de l’Empire et a besoin d’une administration. Or, elle ne dispose ni d’une direction du trésor, ni d’une banque centrale. C’est dans ces conditions que naît la Caisse centrale de la France libre, qui, à la Libération, deviendra la Caisse centrale de la France d’outre-mer, chargée de participer au financement des territoires ultra-marins. Après l’accès à l’indépendance des colonies, elle se transforme en Caisse centrale de coopération économique, puis en Caisse française de développement, avant de devenir l’Agence française de développement en 1998.

Depuis soixante-dix ans, l’AFD mobilise des moyens financiers et humains pour combattre la pauvreté et favoriser le développement dans les pays du Sud et dans les DOM-TOM. Elle met en œuvre la politique de développement définie par le gouvernement français. Aujourd’hui, l’Agence est devenue une banque universelle de développement avec différentes catégories de partenaires : des pays moins avancés, des pays à revenu intermédiaire et des pays émergents, la France d’outre-mer, sans oublier les entreprises, qu’elles soient publiques ou privées, les collectivités locales et les ONG.

Notre modèle économique est bon. Entre 2005 et 2010, nos interventions sont passées de 1,5 Mds € par an à 7 Mds €. Ce résultat est obtenu avec peu de crédits budgétaires, environ 400 M € de bonifications soit la prise en charge par le Trésor français d’une partie des intérêts de nos prêts à l’étranger, et environ 200 M € de dons du ministère des Affaires étrangères.

Avec 600 M € de ressources budgétaires, nous faisons 7 Mds € de financements, et assurons 16 % de l’aide publique française au développement. Dans le même temps, nous reversons à l’État français un dividende annuel de plus de 200 M €.

Ouverture du colloque international « Vers l’éradication de la Faim dans le monde »

Ouverture du colloque international « Vers l’éradication de la Faim dans le monde »

I. Serageldin, D. Zerah et P. Corvol.

Quel est le champ d’intervention de l’Agence ?

Nous avons connu depuis une dizaine d’années une importante extension géographique. Nous intervenons en Afrique subsaharienne, au Maghreb, dans les pays arabes, en Asie et dans certains pays d’Amérique latine. Nous avons aussi connu une extension sectorielle de nos champs d’activités.

Nous concentrons la plus grande part des ressources en subventions qui nous sont allouées aux pays prioritaires d’Afrique, dans les secteurs de l’éducation et de la santé. Nous mettons aussi l’accent sur l’agriculture et l’agro-industrie au travers de prêts bonifiés. C’est essentiel pour assurer la sécurité alimentaire des populations. Cela nécessite des infrastructures, des routes et de l’énergie.

Nous travaillons enfin de plus en plus dans les pays émergents sur des financements de plans nationaux de lutte contre le changement climatique, sur le modèle du Grenelle de l’environnement. Nous sommes reconnus internationalement comme ayant une véritable compétence de mise en place de politiques publiques de lutte contre le réchauffement climatique, par exemple en Indonésie, au Mexique ou aux Philippines.

L’AFD est partenaire depuis trois ans du Collège de France à travers la chaire Savoirs contre pauvreté. Pourquoi ce partenariat ?

Au-delà des projets, l’AFD a développé une importante activité de production intellectuelle ayant pour vocation de contribuer à la définition des politiques de développement de la France et de ses partenaires. Nous participons activement aux grands débats internationaux et nous menons des analyses qui contribuent aux stratégies opérationnelles de l’aide publique au développement.

C’est dans la continuité de ces activités de recherche que l’AFD a choisi de devenir partenaire du Collège de France en soutenant la création de la chaire Savoirs contre pauvreté. L’objectif est de mobiliser les connaissances sur les différentes dimensions du développement pour mieux comprendre et adapter notre action sur le terrain. Cette chaire participe aussi à diffuser une réflexion de qualité sur ces questions auprès d’un large public.

Le premier professeur titulaire de la chaire, Esther Duflo, jeune et brillante économiste du MIT, a donné le ton et l’esprit de la chaire, qui est de dispenser un enseignement de qualité, d’une grande rigueur scientifique et parfois non conventionnel. Ses positions sur l’efficacité du microcrédit, l’approche expérimentale dans le développement, tirée des pratiques médicales, font débat au sein de l’Agence et permettent une remise en question de nos pratiques. Le deuxième titulaire, le professeur Peter Piot, a montré que la lutte contre le sida ne peut être gagnée qu’avec la mobilisation de tous, la mise à disposition dans la durée de moyens financiers considérables et une orientation déterminée des politiques publiques vers la prévention.

Ismaïl Serageldin, ancien vice-président de la Banque mondiale en charge du développement durable, actuel directeur de la bibliothèque d’Alexandrie en Égypte, spécialiste des questions de pauvreté et grand humaniste est le titulaire actuel de la chaire. Son cours est intitulé « Mobiliser le savoir pour éradiquer la faim ». Lors de sa leçon inaugurale le 18 novembre, il a démontré de façon magistrale que ce mal qui fait honte à notre humanité peut être éradiqué. Des solutions existent et sont à notre portée pour nourrir correctement le milliard de personnes qui connaissent la faim au quotidien. Sans cette sécurité alimentaire, aucun épanouissement individuel, aucune paix sociale n’est possible.

Pensez vous, comme Ismaïl Serageldin, que le développement agricole est une priorité pour l’Afrique ?

D’ici 2050, l’Afrique comptera un milliard d’habitants supplémentaires, dont 60 % vivront dans les villes. Il faudra les nourrir ! Le développement économique va de pair avec le développement de l’agriculture. Depuis 2004, malgré les disparités régionales et nationales, l’Afrique connaît une véritable croissance économique qui doit se poursuivre, de manière aussi continue que possible, en évitant toute rupture. Il ne faut pas, à un moment ou un autre, qu’une crise alimentaire vienne l’arrêter ou la remettre en cause. Il est essentiel que nous travaillions pour assurer la stabilité et le développement du secteur agricole.

L’agriculture favorise la création de valeurs, la stabilisation des populations en milieu rural et la lutte contre la désertification. L’un des problèmes réels qui se posent dans ce contexte est celui des rendements agricoles. Aujourd’hui, il faut recréer les conditions d’une capacité africaine de production de semences. De la même façon, il est grand temps d’accélérer la mécanisation de l’agriculture africaine. En améliorant la productivité des exploitations agricoles, on fera baisser le prix des denrées tout en augmentant la production. Ce cercle vertueux permet de sortir de la pauvreté des millions de petits agriculteurs en nourrissant les habitants des villes. Ces priorités de la recherche agronomique et de la mécanisation agricole gagneraient à être traitées au niveau régional.

Au-delà du développement de l’agriculture, il est aussi question de celui de l’agro-industrie. L’Afrique a un cheptel important : 9 millions de bovins au Mali, 9 millions au Burkina Faso, 3 millions au Sénégal. Pourtant, on importe de la poudre de lait ! La production d’aliments du bétail est insuffisante et les marges de manœuvre sont importantes pour améliorer la productivité de cet important cheptel. Pour réussir ce pari, il faut travailler au niveau des communautés économiques régionales, construire des infrastructures routières et énergétiques et s’appuyer sur des structures privées.

Quelles sont les perspectives du partenariat entre l’AFD et le Collège de France pour l’avenir ?

Le partenariat avec le Collège de France va se poursuivre et s’élargir. Après des enseignements sur l’économie du développement, la santé et aujourd’hui la lutte contre la faim, on peut envisager d’aborder des questions telles que les conflits et leur prévention, le savoir traditionnel des communautés et son rôle dans le développement, l’urbanisation et les bidonvilles dans les pays du Sud, la place de la démocratie dans la lutte contre la pauvreté, la démographie.

La lutte contre la pauvreté passe par le savoir et sa transmission au plus grand nombre et donc l’utilisation de technologies modernes. Avec le Collège de France, j’ai souhaité que l’on élargisse l’audience en facilitant l’accès à l’enseignement dispensé via Internet. Les cours sont traduits en anglais mais ne faudrait-il pas les traduire dans d’autres langues ? Ils sont publiés et largement distribués. En parallèle, un partenariat se développe avec l’Agence universitaire de la francophonie qui diffuse les enseignements via ses quatre-vingts campus universitaires.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ouverture du colloque international « Vers l’éradication de la Faim dans le monde »
Légende I. Serageldin, D. Zerah et P. Corvol.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1202/img-1.png
Fichier image/png, 804k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 31, Paris, Collège de France, juin 2011, p. 28-29, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Dov Zerah, « Interview avec Dov Zerah », La lettre du Collège de France [En ligne], 31 | juin 2011, mis en ligne le 28 novembre 2011, consulté le 20 septembre 2014. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1202

Haut de page

Auteur

Dov Zerah

Directeur général de l’Agence française de développement, mécène de la chaire Savoirs contre pauvreté

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page