Navigation – Plan du site
Leçons inaugurales

La sécurité informatique

Extraits de la leçon inaugurale prononcée le 10 mars 2011
Martin Abadi
p. 8

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

La chaire reçoit le soutien de l’INRIA.

Texte intégral

1Les questions de sécurité informatique sont centrales dans le monde politique et dans le monde militaire, où elles se posent depuis la naissance de l’informatique moderne. Citons notamment le travail d’Alan Turing et de ses collègues à Bletchley Park pour décrypter les codes allemands pendant la Seconde Guerre mondiale.

2Plus récemment, nous avons vu des tentatives de contrôle du débat politique sur Internet ; le cas de la Chine est bien connu, mais il n’est pas le seul. Même si les systèmes de surveillance et de censure modernes ne partagent pas le charme désuet de Bletchley Park, ils sont vastes et puissants. Enfin, la diffusion d’une masse de documents confidentiels par WikiLeaks est d’une échelle insoupçonnable avant l’informatique.

3L’industrie, le commerce, la banque, la gestion de données médicales et bien d’autres domaines sont de plus en plus numériques. Nous craignons que l’intégrité et la confidentialité de l’information y deviennent fragiles. […]

4Les questions de sécurité informatique sont d’autant plus délicates que nous nous servons de systèmes ouverts et hétérogènes. Ces systèmes comprennent, entre autres, des ordinateurs personnels, des téléphones portables, des consoles de jeu, des serveurs, d’énormes centres de calcul et des réseaux, avec partout du logiciel complexe et varié. Ces éléments sont gérés par des usagers et des administrateurs indépendants les uns des autres et plus ou moins compétents. La sécurité informatique concerne chacun de ces éléments, leurs combinaisons et leurs interactions.

5Nos systèmes modernes interagissent avec des environnements parfois hostiles et sur lesquels nous n’avons aucun contrôle direct. Nos ordinateurs ou leurs disques durs peuvent tomber dans des mains ennemies ; nous sommes branchés sur un réseau public plein de dangers ; sur ce réseau, le logiciel de base de notre ordinateur peut à notre insu échanger des données avec de petits programmes venus subrepticement de pages web suspectes ; de plus, les usagers, les programmeurs et les administrateurs des systèmes ne sont eux-mêmes pas toujours fiables. Pourtant, nous avons souvent de bonnes raisons de préférer l’interaction, malgré ses dangers, aux anciens systèmes monolithiques fermés au monde.

6L’interaction est un thème central dans toute l’informatique : interaction de plusieurs processeurs dans un ordinateur, interaction entre programmes, interaction des ordinateurs distribués sur Internet, interaction des usagers avec des ordinateurs proches ou lointains, et interaction entre usagers par courrier électronique ou sur les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter. Pour les usagers du début du xxie siècle, la portée de l’informatique ne se restreint plus aux grands calculs numériques, financiers ou scientifiques, dans des centres spécialisés ; elle est omniprésente et fournit un fantastique moyen de communication et de collaboration. L’interaction est donc un objet d’étude légitime pour l’informatique en tant que science. La sécurité en est elle-même un aspect essentiel. […]

7Mon collègue Chuck Thacker, qui est foncièrement réaliste, dit parfois que toute information entrée dans un ordinateur devient de fait information publique.

8De ce point de vue extrême, la sécurité n’est jamais compromise même si des tiers peuvent accéder à tous nos fichiers, puisque ceux-ci ne contiennent que des données que nous sommes prêts à partager. En 2010, Thacker a reçu le prix Turing (le « prix Nobel » de l’informatique), en partie parce qu’il a conçu et créé la machine Alto, souvent considérée comme le premier ordinateur personnel moderne. Il parle donc en connaissance de cause. Je veux pourtant croire qu’il a tort et que nous pouvons espérer mieux : les applications actuelles et futures des ordinateurs exigent certainement des garanties plus fortes.

9Reste à fixer quelles pourraient être ces garanties, et à développer les techniques pour les assurer.

Leçon inaugurale de Martin Abadi
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 31, Paris, Collège de France, juin 2011, p. 8, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Martin Abadi, « La sécurité informatique », La lettre du Collège de France [En ligne], 31 | juin 2011, mis en ligne le 28 novembre 2011, consulté le 27 novembre 2014. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1183

Haut de page

Auteur

Martin Abadi

Professeur à l’université de Californie, Santa Cruz. Principal researcher à Microsoft Research Silicon Valley depuis 2006.

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page