Navigation – Plan du site
Leçons inaugurales

Les grandes tendances de l’innovation biomédicale au xxie siècle

Extraits de la leçon inaugurale prononcée le 20 janvier 2011
Elias Zerhouni
p. 6

Notes de la rédaction

L’enregistrement vidéo de la leçon inaugurale est disponible sur le site du Collège de France : http://www.college-de-france.fr
Le texte intégral est en libre accès sur le site de la collection : http://lecons-cdf.revues.org/403

Texte intégral

1En ce début de xxie siècle, les découvertes en sciences de la vie suivent un rythme accéléré. Le séquençage du génome humain représente des opportunités majeures pour les chercheurs, mais crée autant de défis redessinant les voies que la recherche médicale est susceptible d’emprunter.

2Alors que le public attend des progrès rapides, la mise sur le marché de traitements de valeur ralentit. Ainsi, la Food and Drug Administration, une instance de certification, a approuvé moitié moins de molécules innovantes qu’elle ne l’avait fait dans les années 1990. Ce déséquilibre entre les extraordinaires avancées des sciences fondamentales et l’incapacité de les concrétiser rapidement est problématique. Notre système d’innovation serait-il grippé ?

3Alors que la science gagne en complexité, on assiste également à une convergence de principes unificateurs reliant des maladies apparemment disparates par des voies biologiques et des approches thérapeutiques communes. Par exemple, des mécanismes fondamentaux comme le signalement cellulaire ou l’inflammation apparaissent communs à des affections auparavant considérées comme séparées. De même, des méthodologies émergentes comme la protéomique, la bioinformatique ou les nanotechnologies, pour ne citer qu’elles, concernent désormais toutes les maladies. Ces nouveaux domaines d’innovation interpellent des organisations comme les National Institutes of Health (NIH), conçues il y a des décennies, à une période où nos concepts et la classification des maladies étaient plus limités. Or la recherche des NIH se devait de mieux refléter la nouvelle réalité. Une réforme était nécessaire.

4Mais comment faire bouger une organisation si complexe ? Lorsqu’on est confronté au besoin de réformer une institution, il faut d’abord évaluer les résistances qui ne manqueront pas de survenir. J’avais appris qu’aucune autorité ne peut changer une institution scientifique sans un argumentaire fort, largement communiqué, accepté et, plus important encore, évalué avant d’être déployé à grande échelle. Aussi ai-je engagé les NIH dans un processus d’autoévaluation en vue d’explorer toutes les questions qu’une organisation de recherche aussi complexe et aboutie devrait se poser périodiquement face aux nouveaux défis de la science. […]

5Puisque personne ne peut prédire d’où viendront les véritables percées, j’ai soutenu l’idée qu’il fallait consacrer un pourcentage des budgets à une recherche non conventionnelle, aventureuse, à haut risque mais d’impact potentiellement fort dans ce que j’ai appelé un “espace expérimental protégé pour l’innovation à la limite de l’innovation”. Cette approche a été institutionnalisée depuis 2006 par la loi de réforme des NIH. Elle sert à prendre les paris les plus osés lorsque des opportunités inattendues et de nouvelles idées apparaissent. La leçon est qu’aucune organisation dédiée à la science ne saurait vraiment être audacieuse sans consacrer spécifiquement un certain pourcentage de ses ressources à une recherche à haut risque.

6Un autre aspect de la politique scientifique est la prise en compte de la démographie des chercheurs. À l’époque des budgets en forte croissance et au moment du baby boom il était plus facile, à un jeune âge, d’obtenir un financement. David Baltimore avait 37 ans lorsqu’il reçut le prix Nobel pour sa découverte de la transcriptase inverse. Sachant qu’aujourd’hui, c’est en moyenne à l’âge de 38 ans que l’on reçoit ses propres subventions, Baltimore aurait reçu son prix Nobel avant son premier financement des NIH ! Les études que nous avons conduites ont montré que ce phénomène est lié principalement à la longueur et à la rigidité du cursus des jeunes chercheurs qui retardent l’accession aux subventions indépendantes. Fort de ce constat, nous avons alloué un certain nombre de dotations aux scientifiques les plus jeunes, quel que soit leur stade de formation. Lorsqu’une idée est bonne, pourquoi ne pas la soutenir plus tôt ?

Leçon inaugurale de Elias Zerhouni
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 31, Paris, Collège de France, juin 2011, p. 6, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Elias Zerhouni, « Les grandes tendances de l’innovation biomédicale au xxie siècle », La lettre du Collège de France [En ligne], 31 | juin 2011, mis en ligne le 28 novembre 2011, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1178

Haut de page

Auteur

Elias Zerhouni

Professeur à l’université Johns Hopkins. Directeur des National Institutes of Health, NIH, de 2002 à 2008, il est depuis janvier 2011 président du pôle « Monde, Recherche & Développement » du groupe Sanofi Aventis.

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page