Navigation – Plan du site
Publications

L’Homme, Revue française d’anthropologie, no 193, janvier/mars 2010

Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010
p. 51

Claude Lévi-Strauss est mort à Paris le 30 octobre 2009, dans sa 101e année. Dans la première section de cette livraison de L’Homme, revue dont, avec le linguiste Émile Benveniste et le géographe Pierre Gourou, il fut le fondateur à l’automne 1961, Françoise Héritier, Jean Jamin et Emmanuel Terray lui rendent un vibrant hommage qui sort des sentiers battus et des idées reçues. Cet homme, ce penseur, cet anthropologue, dont le regard, que ce soit par lui ou par d’autres, fut qualifié d’éloigné, ne l’était pas tant que cela. Claude Lévi-Strauss savait très bien que si c’est dans la pierre que s’inscrivent durablement les œuvres des hommes, c’est dans son ombre portée qu’elles fleurissent, et dans le vivant qu’elles prennent racine ou se renouvellent – éclosion et transformation qu’aux ethnologues il avait fixé pour tâche de révéler, d’analyser et de faire comprendre. C’était là aussi l’objectif qu’il avait donné à ce qui, par la force des choses et, surtout, par celle des destinées, était devenue sa revue.