Navigation – Plan du site
Colloques
Journées Jean Dausset

Hommage à Jean Dausset

Laurent Degos
p. 34-35

Résumé

Journées Jean Dausset. Colloque organisé par la chaire de Médecine expérimentale, Pr Pierre Corvol, 8-9 janvier 2010

Haut de page

Texte intégral

1En 1952, cherchant des explications au manque de globules blancs de certains malades, Jean Dausset eut l’idée de mélanger leurs globules blancs avec le sérum provenant d’une personne ayant reçu de nombreuses transfusions. Quelle n’a pas été sa surprise de voir des agglutinats visibles à l’œil nu sur la lame de verre. Ce fut l’expérience initiale qui allait le conduire au prix Nobel.

2Jean Dausset a toujours été attiré par la recherche médicale. Intuitif et clairvoyant, il se fait parfois difficilement comprendre sur le moment, mais le temps lui donne raison. Opiniâtre, il ne se laisse impressionner par personne. Aucun obstacle administratif ou financier ne lui résiste. Passionné, il sait communiquer sa passion. Très naturel, il inspire le respect. Il émane de sa personne une noblesse peu commune qui irradie dès le premier abord. Il s’enthousiasme pour toute idée originale ou créative. On ne lui parle pourtant qu’avec mesure et pertinence, son interlocuteur ne peut être utopiste ou saugrenu. Bien qu’il ne veuille aucune barrière entre lui et les autres, chacun filtre ses propos ou corrige son attitude. Exigeant vis-à-vis de lui-même, il l’est aussi envers ceux qui l’entourent.

3Avant de m’annoncer en juillet 2007 qu’il partait définitivement pour les îles Baléares, Jean Dausset m’a remis un cahier rouge à spirale. Sur la première page, il avait inscrit quatre mots qui résument ses découvertes : transplantation, médecine prédictive, réponse immunitaire et anthropologie. Ces quatre mots pleins de richesse, pour la connaissance comme pour le soin des malades, ont inspiré les deux journées scientifiques que nous lui avons consacrées.

4Jean Dausset a présidé le congrès international d’immunologie en 1980, il a reçu le prix Nobel la même année. Professeur de l’université Paris-Denis Diderot, chef de service de l’hôpital Saint-Louis, directeur de l’unité INSERM U 93, il est nommé professeur au Collège de France en 1978, tout en gardant un laboratoire à l’hôpital Saint Louis. Élu à l’Académie des sciences et à l’Académie de médecine, il fonde en 1984, le Centre d’étude du polymorphisme humain. La même année il est nommé président du Mouvement universel de la responsabilité scientifique (MURS). Ces fonctions révèlent les multiples facettes de sa personnalité.

5Jean Dausset a su mêler l’esprit de découverte et l’esprit de génie. La découverte des secrets cachés de la Nature était sa passion. Aucun sérum ne donnait de réaction similaire à un autre : il eut la démarche du chercheur et le raisonnement du visionnaire. En transfusant un malade avec le sang d’un seul donneur et en répétant ce principe, il obtint des sérums qui n’agglutinaient que 50  % de la série de globules blancs provenant de ses donneurs de sang, qu’il appelait son panel de globules blancs. Il parvint à déterminer le premier groupe leucocytaire nommé MAC – les initiales des trois donneurs du panel qui n’étaient pas agglutinés par les sérums. (HLA A2 dans la nomenclature actuelle). Il aimait découper et recomposer les colonnes et les lignes de tableaux représentant les réactions entre sérums et globules blancs, espérant y trouver un ordre, cet ordre qui s’appellera groupe leucocytaire.

6Ce colloque a mis en évidence l’avancée extraordinaire qu’a représentée la découverte des molécules du Complexe majeur d’histocompatibilité de l’homme. Dès 1975, dans son exposé de titres et travaux, Jean Dausset écrivait  : « le complexe HLA […] gouverne les trois étapes de la réponse allogénique : la reconnaissance, l’immunisation et la destruction. Il est d’ailleurs vraisemblable que le mécanisme qui s’applique au rejet des allogreffes intervienne également comme défense contre les mutation somatiques, voire les antigènes tumoraux ou viraux ». Cela paraissait bien étrange à l’époque. Le temps lui a donné raison.

7Jean Dausset avait une passion pour la découverte et la création. Expert en peinture moderne, il a tenu une galerie rue du Dragon, près de Saint Germain des Prés, centre artistique et littéraire où se réunissaient les surréalistes. Esprit de découverte, c’était aussi un esprit de génie, au sens des ingénieurs, s’efforçant de construire des ponts entre la découverte et les applications pour soigner les malades. Il cherchait des moyens de passer des molécules aux gènes, mais aussi des gènes aux applications utiles pour les malades, comme la transplantation ou la détection de la susceptibilité aux maladies.

8Pour démontrer le lien entre groupes leucocytaires et rejet des greffes, il fit appel aux donneurs volontaires et au chirurgien américain Félix Rappaport. Le tchéco-slovaque Pavol Yvanyi et son épouse Dagmar l’accompagnèrent dans la première description de ce complexe qu’ils ont appelé Hu-1. Dès 1964 des ateliers internationaux ont été mis en place tous les deux ans, à Durham puis à Leyden, Turin, Los Angeles, Évian, etc.

9Jean Dausset a collaboré avec les grands médecins de son époque : Jean Hamburger pour la greffe de rein, Jean Bernard pour la greffe de moelle. La transplantation d’organes ou de tissus a été au cœur des avancées scientifiques du xxe siècle, pour le bien des malades. Il a fondé France Transplant et France Transplant Greffe de moelle – dont l’activité principale est aujourd’hui reprise par l’établissement français des greffes devenu Agence de biomédecine.

10Après la découverte des groupes leucocytaires, il s’est mis à chercher des liens entre la présence d’un groupe et la susceptibilité à une maladie. Les groupes HLA ont fourni une base à la reconnaissance de la susceptibilité à des maladies comme le diabète, la sclérose en plaques, la narcolepsie ou la maladie de Crohn  : la plus connue est la spondylarthrite ankylosante pour laquelle la présence de l’allèle HLA B27 est devenue un test diagnostique. Pourquoi ces relations entre un groupe leucocytaire et la susceptibilité aux maladies ? La question n’est pas close, mais elle a permis à Jean Dausset d’introduire le concept de «  médecine prédictive  », grandement développé depuis. On parle de prédiction, prévention et traitement personnalisés – jusqu’à la pharmacogénétique : dernièrement la Haute Autorité de santé a demandé qu’un test HLA B5701 soit effectué avant la prescription d’un médicament contre le SIDA, pour en éviter les effets indésirables. Demain on proposera une prévention ou un dépistage personnalisé.

11La découverte du polymorphisme HLA appliquée à l’anthropologie est à l’origine de l’Atelier international organisé à Evian en 1972. Jean Dausset en résume les résultats dans cette phrase, qu’on a inscrite en 2009 sur les murs de la cour carrée de l’hôpital Saint Louis : « chaque homme est unique ».

12Homme de découverte, homme de génie, Jean Dausset est aussi un homme engagé, entrepreneur et responsable. Après le débarquement américain en Afrique du Nord, il s’engage comme volontaire dans l’armée française, participant à la campagne de Tunisie. Transfuseur-réanimateur pendant la guerre, à la Libération il est affecté au centre de transfusion sanguine de l’hôpital Saint-Antoine. Il pratique des exsanguino-transfusions, c’est-à-dire des échanges de sang, pour des femmes atteintes de septicémie après un avortement. Avec ses équipes de donneurs volontaires, il pratiquait ces échanges de sang (jusqu’à 15 litres) de bras à bras faisant intervenir de nom-breux donneurs les uns après les autres, pour une même malade. Ces femmes condamnées par la septicémie et sa conséquence, l’insuffisance rénale, en sortaient guéries.

13Jean Dausset a su mobiliser des centaines de donneurs bénévoles. En 1962, il lança l’appel de Royan auprès des cheminots, puis des campagnes de presse appelant des familles à participer à son aventure scientifique. Ainsi, tous les matins, une dizaine de donneurs apportaient leur sang pour nos expériences. Il s’agissait principalement de cheminots, dont le sang a constitué le panel de globules blancs permettant de reconnaître les secrets de la complexité des groupes leucocytaires. Il a également fait appel aux familles pour réaliser des greffes de peau. Dans son bureau, sa table de travail devint table d’opération et Félix Rappaport faisait des allers et venues de New York à Paris. La fidélité des donneurs – donneurs de sang, de plasma, de peau : « la bande à Dausset » – n’a jamais failli. Il avait pour eux une amitié profonde au point de leur demander de l’accompagner à Stockholm pour son prix Nobel.

14Avec la réforme des centres hospitalo-universitaires, Jean Dausset s’est attaqué à une autre entreprise de grande envergure, avec l’aide de ses « jeunes Turcs » et la complicité et l’amitié sans faille du professeur Robert Debré. Il est aussi à l’origine du bâtiment de recherche qui est devenu l’Institut universitaire d’hématologie. À l’époque, il est membre du cabinet de René Billières, ministre de l’Éducation nationale et des affaires sociales, qui le consulte après avoir lu dans le Figaro du 8 mars 1957 un article intitulé «  Un émouvant appel du Pr Jean Bernard  : la victoire sur le cancer et les leucémies est possible  ». Des conflits sociaux lui faisant craindre des attaques à l’Assemblée nationale le lendemain, le ministre demande une réponse rapide à cet appel. Jean Dausset profite de l’aubaine pour inciter Jean Bernard à demander au moins un bâtiment à deux étages. Il transmet finalement au ministre une proposition de quatre étages. Le bâtiment fut construit.

15En 1984, il fonde le Centre d’études du polymorphisme humain, avec un concours inattendu. Dans l’après-guerre, lorsqu’il animait sa galerie d’art de la rue du Dragon, il avait conseillé Mme Anavi, une collectionneuse, pour l’achat de tableaux. 35 ans plus tard, celle-ci le reconnut à la télévision, lors de la remise du prix Nobel et lui légua des tableaux pour ses recherches.

16Jean Dausset continua, avec Daniel Cohen, ses recherches sur le polymorphisme humain. Elles conduisirent à la description des premières cartes génétiques de l’homme. Mobilisant de nombreux laboratoires de tous pays, il démontra l’efficacité des collaborations de grande envergure, tout en mettant à la disposition de tous outils et résultats. Il fut un grand entrepreneur, avec le concours d’hommes qu’il a su convaincre, Robert Debré, Jean Bernard, Jean Hamburger, René Billières, ainsi que les donneurs et les mécènes.

17Découvrir, appliquer, entreprendre, ces activités ont une exigence, celle de la responsabilité, dans le sens anglais d’accountability, rendre compte, mais aussi dans le sens de response ability, capacité à répondre, répondre de ce qu’on fait notamment en tant que scientifique, répondre devant la société et répondre aux dirigeants. C’était une de ses grandes préoccupations. Il a présidé le MURS de 1984 à 2001. Il a prôné l’interdiction de la commercialisation des organes humains et des brevets sur les gènes humains et a la défense des droits de l’Homme. Il a aussi attiré l’attention sur la rareté des ressources en eau douce, organisant avec le MURS deux colloques en 1987 et 1996. Il a présidé dès 1995 l’Académie de l’eau.

18Engagé, entrepreneur, responsable : c’est ainsi que nous, ses collaborateurs, l’avons connu. Sa porte était toujours ouverte et nous venions lui apporter les derniers résultats, lui parler de nos idées ou de nos projets d’expériences. Il nous encourageait, critique toujours constructif. Il invitait souvent des chercheurs étrangers renommés et leur demandait de parler dans son bureau avec pour seul support le tableau et la craie. Nous écoutions, installés comme nous pouvions. C’était une vie simple et riche. La réunion annuelle des donneurs que nous organisions était une fête de famille. Nous présentions les découvertes de l’année, en blouse blanche impeccable. Il était parmi nous, et nous faisions corps autour de lui dans cette aventure.

19Tout a une cause, tout est raison pour Jean Dausset. Fervent disciple de Claude Bernard dont il a hérité la chaire de Médecine expérimentale au Collège de France, il disait cependant à la fin de sa leçon inaugurale  : «  s’il y a une cause biochimique à toute action, à toute pensée, si tout comportement est la conséquence nécessaire de la constitution génétique sur laquelle sont venues s’imprimer toutes les expériences vécues, faut-il en conclure que le libre arbitre dont l’homme est si fier n’existe pas  ? Nous devons rester dans le doute avant que l’hypothèse n’ait été testée grâce à une probable impossible expérience  ». Il nous laisse sur cette interrogation et ce doute.

20Jean Dausset nous a quittés. Il nous laisse la mémoire de sa vie pour continuer son œuvre. 

Haut de page

Table des illustrations

Légende Jean Dausset
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 28, Paris, Collège de France, avril 2010, p. 34-35, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Laurent Degos, « Hommage à Jean Dausset », La lettre du Collège de France [En ligne], 28 | avril 2010, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1095

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page