Navigation – Plan du site
Colloques
Journées Jean Dausset

Compte-rendu de la matinée consacrée à l’immunologie cellulaire

HLA, soi et non-soi : une perspective systémique
Philippe KOURILSKY
p. 33

Résumé

Journées Jean Dausset. Colloque organisé par la chaire de Médecine expérimentale, Pr Pierre Corvol, 8-9 janvier 2010

Haut de page

Texte intégral

1La découverte du système HLA – et de son homologue H-2 chez la souris – a eu d’immenses répercussions en immunologie. Plusieurs ont été évoquées lors d’une première séance sur l’immunologie cellulaire, présidée par M. Sasportes (Paris). Les gènes codant pour les antigènes majeurs d’histocompatibilité sont très polymorphes. On connaît aujourd’hui plusieurs milliers d’allèles de gènes codant pour les antigènes « classiques » de classe I et II. Comme chaque être humain possède trois gènes de chaque classe, le plus souvent différents sur les deux chromosomes, les millions de combinaisons qui résultent de leur assortiment fournissent une véritable carte d’identité de chaque individu. Ce polymorphisme extrême, aujourd’hui étudié en détail au niveau des séquences des gènes, a une importance capitale en matière de transplantation d’organes et de greffe de moelle. On en appréhende aujourd’hui les raisons immunologiques profondes.

2L’une réside dans la fonction première des antigènes d’histocompatibilité qui consiste à présenter aux cellules T des fragments de protéines (peptides) issues de l’extérieur comme de l’intérieur de la cellule présentatrice. Les polymorphismes qui touchent ces molécules affectent en profondeur le répertoire des peptides qu’elles présentent et singularisent le système immunitaire de chaque individu. Grâce à des technologies de pointe, M. Bonneville (Nantes) a pu étudier, avec une précision inégalée, l’impact du phénotype HLA sur le répertoire des cellules T au niveau de plusieurs peptides uniques et des quelques cellules T qui les reconnaissent.

3En situation de greffe, les réactions complexes et vigoureuses, qui se produisent lorsque le greffon est porteur d’un HLA distinct de celui du receveur, conduisent le plus souvent au rejet de ce dernier, à moins qu’elles ne déclenchent une attaque du greffon contre l’hôte. Il est maintenant avéré que ces réactions impliquent non seulement des cellules T, mais aussi des cellules NK (natural killers). A. Bensoussan (Créteil) a éclairé ce développement important en analysant de façon approfondie l’un de leurs récepteurs, CD160.

4La famille des gènes HLA ne comprend pas seulement les gènes qui codent pour les antigènes majeurs d’histocompatibilité, mais bien d’autres gènes, souvent beaucoup moins polymorphes. L’un deux, HLA-G, est particulièrement étudié parce que, comme l’a montré E. Carosella (CEA Paris), il code pour plusieurs molécules dotées de propriétés suppressives. Elles jouent un rôle important dans des situations aussi importantes et variées que la grossesse, la réussite des greffes, et le rejet immunologique des tumeurs.

5Le système immunitaire est défaillant chez certains individus porteurs de mutations, notamment celles qui affectent l’expression de certains antigènes d’histocompatibilité. La correction de ces déficiences, souvent mortelles, est en principe possible grâce à la thérapie génique. A. Fisher (Necker, Paris) a montré que cette approche peut donner des résultats remarquables, et comment il apparaît désormais possible d’en contrôler les effets indésirables qui ont conduit, pour un temps, à suspendre l’expérimentation clinique.

6Le rôle du HLA est si central dans le système immunitaire qu’il est utile de chercher à l’appréhender dans une perspective systémique. C’est dans cette optique que P. Kourilsky (Collège de France) a évoqué les problématiques propres aux systèmes complexes. Il a insisté sur des notions telles que celle de robustesse et de contrôles de qualité, jusqu’à présent peu utilisées en immunologie. Elles pourraient intervenir dans de nombreuses pathologies, notamment celles liées aux dérèglements auto-immuns. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 28, Paris, Collège de France, avril 2010, p. 33, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Philippe KOURILSKY, « Compte-rendu de la matinée consacrée à l’immunologie cellulaire », La lettre du Collège de France [En ligne], 28 | avril 2010, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1093

Haut de page

Auteur

Philippe KOURILSKY

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page