Navigation – Plan du site
Colloques
Journées Jean Dausset

Journées Jean Dausset

Pierre Corvol
p. 32-33

Résumé

Colloque organisé par la chaire de Médecine expérimentale, Pr Pierre Corvol, 8-9 janvier 2010

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

médecine
Haut de page

Texte intégral

1Jean Dausset nous a quittés en juin 2009. Titulaire de la chaire de Médecine expérimentale au Collège de France de 1977 à 1987, Jean Dausset était non seulement un grand chercheur, mais aussi un enseignant hors pair. Je m’appuierai sur quelques textes produits au Collège de France et qui ne sont pas tous publiés – la présentation de la chaire par François Jacob, la leçon inaugurale au Collège de France, la leçon de clôture de ses cours en 1987, notamment – pour donner un aperçu de l’homme et de ses travaux.

2Jean Dausset est l’auteur de l’une des découvertes les plus importantes en matière d’immunologie : le groupe HLA. Tout part d’une observation de 1952 : remarquant une agglutination des globules blancs en présence du sérum d’un donneur polytransfusé, il a l’idée qu’on pourrait l’expliquer par la présence dans le sérum du donneur d’anticorps responsables de cette agrégation. En 1958, il démontre l’existence d’un groupe leucocytaire, à l’instar des groupes sanguins portés par les globules rouges. Il formule l’hypothèse qu’il existe des groupes tissulaires qui marquent en quelque sorte l’identité biologique d’un individu. Entre 1952 et 1958, le système HLA est né.

3En 1976, François Jacob présente Jean Dausset à l’Assemblée des professeurs et indique que « l’ensemble de ses observations ouvre un immense domaine pour l’immunologie et la pathologie. Bien au-delà des simples groupes leucocytaires étudiés à l’origine, le système d’histocompatibilité HLA représente une unité fonctionnelle de première importance. C’est le véritable centre commandant la défense de l’organisme aussi bien contre les agressions externes que pour le maintien de l’intégrité de l’organisme. » Il souligne la précision du marqueur et remarque l’extraordinaire diversité qu’il rend possible : « à part les vrais jumeaux, aucun individu ne peut être semblable à un autre » - aujourd’hui, les développements de l’épigénétique permettent d’affirmer que même dans ce cas, les individus ne sont pas semblables.

4Dans sa leçon inaugurale, Jean Dausset soulignait que l’étude du complexe HLA n’avait pas encore livré tous ses secrets. Il espérait « que la connaissance de plus en plus précise des mécanismes intimes de la réponse immune permettra de contrôler à volonté cette réponse dans son versant positif d’immunisation ou son versant négatif de tolérance ». L’une des expériences de greffe de peau qu’il a réalisées sur des volontaires sains pour démontrer le complexe d’histocompatibilité chez l’homme est une superbe expérience d’investigation clinique, d’une simplicité, d’une élégance et d’une fécondité extrêmes. C’était un point de départ qui permettait d’envisager l’utilisation du phénotypage puis du génotypage HLA pour garantir la meilleure réussite de la greffe. Par la suite, Jean Dausset a joué un rôle essentiel dans France Transplant et la recherche de donneurs compatibles pour les greffes. Les applications sont nombreuses. L’une de celles auxquelles il tenait beaucoup est l’utilisation du génotypage HLA pour le suivi des populations, leur migration, leur isolement, la fusion de populations, etc. Tous ces développements étaient en germe dès la leçon inaugurale de 1977-78.

5Jean Dausset était un constructeur. Il a créé en 1984 le Centre d’étude du polymorphisme humain (devenu depuis Fondation Jean Dausset) : il avait compris l’importance de ce polymorphisme pour caractériser le caractère unique de l’individu et promouvoir ainsi une médecine prédictive. Ce travail a permis l’établissement de la carte génétique humaine. Dans ce domaine, son œuvre a été essentielle et féconde : de 2000 polymorphismes humains connus en 1992, nous sommes passés aujourd’hui à plusieurs millions.

6Entre 1955 et 1958, Jean Dausset a animé la réforme des CHU, fidèle aux idées de Claude Bernard, qui écrivait en 1865 que « la médecine ne finit pas à l’hôpital, elle ne fait qu’y commencer ». Cette réforme est considérée comme un modèle de collaboration bien pensée et réalisée entre l’administration, les scientifiques, les médecins et les politiques.

7François Jacob, en 1976, avait souligné les qualités propres à ce chercheur fécond et doué d’une grande curiosité pour les aspects les plus divers de la recherche, indiquant qu’il était « l’un des rares hommes capables de poser des problèmes redoutables de médecine en termes de biologie ». De fait, Jean Dausset avait indiqué dès 1975, dans sa plaquette de présentation au Collège de France, des associations possibles entre les antigènes HLA et les pathologies. Le nombre d’applications de ce principe est aujourd’hui immense. Dans sa leçon inaugurale, il indiquait que, pour la première fois, la médecine peut être orientée dès la naissance selon les prédispositions génétiques des individus, ouvrant la perspective d’une médecine préventive personnalisée, plus efficace et moins onéreuse. On peut espérer attaquer voire réduire, disait-il, « l’un des bastions les plus solides et les plus inébranlables d’injustice parmi les hommes : celui de l’inégalité innée devant la maladie ».

8Autre marque de son humanisme éclairé, dans son dernier cours de 1997, il mettait en garde contre les risques que pourrait entraîner « la connaissance de ces jeux de gènes conférant une susceptibilité accrue aux maladies ». Deux écueils lui semblaient menaçants : violer l’intimité individuelle et familiale, et ouvrir la porte à des sélections arbitraires et abusives de gènes menant à un « faux eugénisme ». Optimiste malgré tout, il appelait à une réflexion où la science et l’éthique devaient trouver leur place et manifestait son espoir dans le génie génétique : « toute nouvelle connaissance est une libération, toute ignorance est une limitation, car il ne faut pas confondre la connaissance qui est le propre et l’orgueil de l’homme avec l’utilisation bénéfique ou dangereuse des connaissances ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 28, Paris, Collège de France, avril 2010, p. 32-33, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Pierre Corvol, « Journées Jean Dausset », La lettre du Collège de France [En ligne], 28 | avril 2010, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1091

Haut de page

Auteur

Pierre Corvol

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page