Navigation – Plan du site
Colloques

Dante au Collège de France

Extrait de la conférence du Pr Yves Bonnefoy, intitulée Dante et les mots
Yves Bonnefoy
p. 30-31

Résumé

Colloque international organisé par la chaire de Littératures modernes de l’Europe néolatine (Pr Carlo Ossola) en collaboration avec l’Istituto Italilano di Cultura de Paris et la Società Dante Alighieri - Comité de Paris

4-5 décembre 2009

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

littérature
Haut de page

Notes de la rédaction

Nous publions quelques extraits de la conférence donnée par Yves Bonnefoy. L’ensemble des communications paraîtra dans les Actes du Colloque.

Texte intégral

Prs Yves Bonnefoy et Carlo Ossola

1À travers les siècles du Moyen Âge les langues vernaculaires croissaient en importance, et force, et beauté. La Chanson de Roland que je citais tout à l’heure n’est qu’une preuve parmi bien d’autres de cette vague de fond.

2Et un jour ce fut Dante, que je retrouve en ce point par ce qui me semble la grande porte. De cette Divine Comédie si ample et vigoureuse on ne peut que penser qu’elle est née d’un projet d’une force et d’une radicalité également remarquables. Or, il est clair que ce projet résulta d’une prise de conscience des virtualités poétiques du mot, du mot comme tel, du mot comme il permet d’être à la parole de chaque jour ; et de son rôle possible dans une pratique du monde et une refonte de l’esprit qui seraient poésie rediviva.

3Les mots, dans la Divine Comédie, c’est l’expérience première, omniprésente, toujours prioritaire. Et ces mots sont aussi, sans hésitation, pleinement, ceux de la langue vernaculaire, que Dante a décidée explicitement le lieu de la poésie dans ses écrits théoriques.

4Comprenons bien que c’est cela sa pensée. On pourrait croire en effet que l’auteur du Convivio ou du De Vulgari Eloquentia n’est pas sans de graves réserves à l’encontre de la langue qu’on parle autour de lui. Il sait – et il le dit le premier dans son siècle avec une clarté admirable – que le latin, cette « grammatica » qu’il imagine fixe et incorruptible, n’a plus désormais de pouvoirs que pour formuler la pensée abstraite, mais il remarque aussi que la langue que la nourrice enseigne au petit enfant est fluctuante, contradictoire, variable aussi bien d’une région à une autre, et pour le grand emploi qu’est la poésie, il semble lui opposer un « vulgaire illustre », disons plutôt éclairé et éclairant, qu’on pourrait croire qu’il faut chercher quelque part dans l’espace italien comme il existe. Mais ce quelque part serait évidemment introuvable, et il faut mieux comprendre ce qu’il signifie pour Dante, et qui me paraît évident : à savoir que ce poète n’a nullement en esprit un autre idiome que le sien, ni même et quoi qu’il en dise certains mots et non d’autres dans celui-ci, mais un autre niveau de la parole. Le vulgaire illustre, le vernaculaire capable de vérité, ce sont les mots comme ils se révèlent dans la profondeur du poème, autrement dit les mots ordinaires mais quand ceux-ci ont été délivrés par un grand poète des simplifications que leur fait subir leur emploi par la pensée conceptuelle : et qui alors ont saveur, ou parfum, sauf qu’ils perdront vite ceux-ci si on tente à nouveau de les employer à de la formulation, à un dire. Un risque qui sera cela même que Dante aura à vivre, dans sa Divine Comédie, et dont il fera peut-être le cœur même de sa pensée dans cette œuvre.

5Les mots que Dante a élus, ceux qu’il emploie et a préservés pour nous dans un texte d’une modernité surprenante, sont bien ceux de la langue qui se parlait dans sa ville, dans son pays, les mots, d’ailleurs même, de ces damnés qu’il écoute, attentif à leurs façons de se dire. Il pourra bien en inventer, pour aller jusqu’au bout de ses intuitions, il se ressourcera toujours dans ceux de son existence quotidienne. Dante a vraiment compris, et voulu, que les mots de sa langue soient les vecteurs de sa poésie, – sauf qu’il sait qu’ils ne pourront l’être qu’en une profondeur du texte à la fois présente et inaccessible, ce fond de citerne au « creux toujours futur » qui est dans toutes les langues, même les moindres dialectes. Et qu’il en soit ainsi, qu’il ait bien placé dans la langue ordinairement vernaculaire, si j’ose dire, le lieu de l’invention poétique, il en est une preuve, c’est sa pratique du vers.

6L’autre grand choix de Dante, son autre innovation radicale, la terza rima, c’est bien, en effet, ce qui pouvait le mieux favoriser ce passage dans chaque mot du conceptuel au transconceptuel, du formulable à l’approche du transdicible, qui est le projet de la poésie. Pourquoi ? Parce que les mots de la poésie désignent non des idées de choses, des quiddités, établies dans la généralité et l’intemporel, mais des existences, rencontrées dans le temps de leur finitude, ils sont pénétrés de temps : or, dans la terza rima, le vers déjà, cet hendécasyllabe dont le dernier pied touche à peine terre, se coupe de diverses façons presque nécessairement dissymétriques – par exemple 6/5 au premier vers du poème, ou même 3/8 au dernier du cinquième chant de l’Enfer – : et la dissymétrie, c’est une expérience du temps, par effacement de cet équilibre entre les deux hémistiches qui isole l’alexandrin, en revanche, des aléas du monde extérieur. Dans le vers de Dante les formes verbales successives sont toujours en porte-à-faux, elles sont donc la durée, où l’on boite, et non l’intemporel, qui immobilise, et c’est là rendre leur dimension temporelle, leur finitude à des choses que le concept privait d’être immergées dans le temps.

7Le vers dans la terza rima confirme la décision de Dante, de faire poésie du mot ordinaire. Et la strophe elle-même reprend et accentue cette expérience du temps en compensant le trébuchement des vers par l’évidence de l’un à l’autre d’une continuité que rien ne déchire, et qui va de l’avant, tout droit, sauf que l’on ne sait pas vers où, puisqu’il n’y a pas de raisons pour qu’une nouvelle strophe ne s’engrène pas à jamais dans la précédente. Dans l’expérience incessamment recommencée de la finitude humaine la nature même de la rime tierce est ainsi le rappel d’un infini en avant, de sorte inconnue, mystérieuse : d’autant que le lecteur médiéval savait d’instinct, sa vision du cosmos le lui disait tout autant que nos mathématiques modernes, que les lignes droites se recourbent quand elles touchent à l’infini, se font cercles, sphères, c’est-à-dire un chiffre de l’absolu. Quelle strophe extraordinaire, la terza rima ! C’est le battement de la grande horloge qui règle à la fois le devenir humain et il sole e l’altre stelle ! Et dans ce flux que l’on sent qui passe dans chaque mot l’assonance, l’allitération ne peuvent donc qu’exercer tout de suite tout leur possible : elles sont les rames qui poussent la parole de Dante vers son avenir dans l’esprit. Remuant le son des mots, y faisant bouger des lueurs. Permettant à trois ou quatre grands mots par vers, bien rarement plus, de se regrouper aux parages de l’absolu comme des vaisseaux approchant du port.

8[…] Il y a certainement des emplois de mots qui laissent voir que c’est le regard profond qui y est actif, et cela parce qu’ils se détournent des signifiances à la façon dont des chemins se perdent au flanc soudain abrupt et broussailleux des montagnes. Les mots se prêtent alors à des images qui ne disent rien, ou plutôt qui désignent plus vite et plus fort qu’elles ne disent. Ou encore, pour demeurer au plus près de ce qu’il ressent comme transdicible, le poète aura forgé des néologismes, ainsi le célèbre indovarsi de Dante, aux presque dernières lignes du Paradis, un verbe qui révèle d’ailleurs en ce qu’il a de plus essentiel le mouvement propre à cette transgression des concepts. Indovarsi, c’est se jeter en avant, d’un seul coup, dans le « dove » : un « où », ici, maintenant, qui n’est plus que son occurrence délivrée de toute figure, qui est la présence même au delà des notions et des imaginations par lesquelles on chercherait à la dire.

9Un mot saisissant, indovarsi ! Mais quel avantage apporte au traducteur le fait de l’avoir perçu dans le texte ? Ce verbe a été produit au sommet d’un vers par un élan de tout l’être de Dante totalisant alors, d’un seul coup, toutes ses expériences de tous les autres mots de sa langue. Dans chacun de ceux-ci, c’est l’effacement relatif de son abstraction qui a valu au poète de finir par donner forme à ce mot nouveau, où le dépassement de la signifiance ordinaire n’empêche pas, remarquons-le, que celle-ci demeure présente, puisque indovarsi, c’est tout de même une tentative de dire ce que Dante sait qui ne pourra l’être. Et si un traducteur s’attache à rendre ce verbe directement, cherchant à en produire un équivalent au moyen simplement d’une réflexion sur cet espace entre signification et présence, il en restera dans son mot à lui à ce qui ne sera que sa signification, il aura perdu le contact avec cette intuition, cet allant, cette expérience quasi directe, qui avait créé indovarsi.

10[…] Mais est-ce vraiment ainsi que, devant son «  vieux chef-d’œuvre » réagit le lecteur italien de notre époque, quand il est, comme il faut le croire, sensible à ce qui se cherche en poésie ? Non, ce lecteur constatera le mot vieilli, mais dans le flux qui reste considérable de ceux qui sont encore les siens. Et il les prendra tous ensemble, et tous les uns par les autres, dans le grand élan qui par la voie de la terza rima immédiatement recommençable par lui le portera aux confins de ce que j’ai appelé le transdicible dans le poème, ce rebord d’absolu, ce pôle qui en aimante et structure toutes les parts, et se signifie d’ailleurs comme tel aux dernières lignes du Paradis. Ce n’est pas « une légère fermentation de curiosité », ce qu’il éprouve, mais un besoin de participation à un grand acte de connaissance, avec les moyens de le satisfaire que lui offre le texte qu’il peut lire.

Haut de page

Annexe

Intervenants et titre des interventions

- Pierre Brunel, Université de Paris IV-Sorbonne
Les origines de la présence de Dante à la Sorbonne et au Collège de France

- Yves Bonnefoy, Collège de France
Dante et les mots

- Brian Stock, University of Toronto
Étienne Gilson : art, littérature et la philosophie de Dante

- Karlheinz Stierle, Universität des Saarlandes
Au seuil de la « selva oscura »

- Jacqueline Risset, Université de Roma III
« Dolce color d’orïental zaffiro »

- Gerhard Wolf, Kunsthistorisches Institut in Florence
« Mi parve pinta de la nostra effige »

- Jean Delumeau, Collège de France
La construction du Paradis

- François Livi, Université de Paris IV-Sorbonne
L’imagination poétique comme interprétation du dogme
Regards sur le « Paradis » de Dante

- Marco Maggi, Université de Lugano
« ciò ch’i’ dico è un semplice lume » (v. 90)

- Carlo Ossola, Collège de France
« …d’un fante / che bagni ancor la lingua a la mammella » (vv. 107-108)

- Mira Mocan, Université de Roma III
« A l’alta fantasia qui mancò possa » (v. 142)

- Corrado Bologna, Université de Roma III
« Ma già volgeva il mio disio e ‘l velle » (v. 143)

- Stefano Prandi, Université de Berne
« Sì come rota ch’igualmente è mossa » (v. 144)

Haut de page

Table des illustrations

Légende Prs Yves Bonnefoy et Carlo Ossola
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1088/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 28, Paris, Collège de France, avril 2010, p. 30-31, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Yves Bonnefoy, « Dante au Collège de France », La lettre du Collège de France [En ligne], 28 | avril 2010, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1088

Haut de page

Auteur

Yves Bonnefoy

Professeur honoraire, Collège de France

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page