Navigation – Plan du site
Colloques

Perspectives sur l’évolution des vertébrés : sujets et problèmes

Armand de Ricqlès
p. 27-28

Résumé

Séminaire de la chaire de Biologie historique et évolutionnisme du Collège de France (Pr Armand de Ricqlès), 14, 15 et 16 juin 2010

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

évolution
Haut de page

Texte intégral

1Le dernier séminaire de la chaire de Biologie historique et évolutionnisme, intitulé « Perspectives sur l’évolution des vertébrés : sujets et problèmes », a été organisé sous forme de colloque par le Docteur Michel Laurin (CNRS) et le professeur Jorge Cubo (université Paris VI), tous deux proches collaborateurs de Armand de Ricqlès. La réunion visait à illustrer les principaux centres d’intérêt scientifiques développés par le professeur de Ricqlès au cours de sa carrière, et à passer en revue la manière dont ils sont actuellement envisagés et pratiqués.

2Quatre thèmes principaux ont structuré le colloque. Trois d’entre eux, évolution, systématique et paléontologie sont très généraux et constituent le contexte dans lequel Armand de Ricqlès a organisé toute son action d’enseignant et de chercheur. La majeure partie de la réunion a été consacrée à un quatrième thème plus technique et spécialisé, la paléohistologie, illustrant les multiples possibilités d’utilisation de l’histologie comparative et de la paléohistologie des tissus minéralisés dans divers domaines des sciences de l’évolution.

3En prologue ont été évoqués la carrière d’Armand de Ricqlès (M. Laurin) et son influence sur la recherche en paléohistologie (K. Padian, T. Bromage), ainsi que le contexte institutionnel, constitué par l’histoire de l’équipe de recherche « Formations squelettiques » de l’université Paris 7 à Jussieu (F. Meunier). J. Horner a montré comment la prise en compte du développement ontogénique des dinosaures grâce à l’histologie modifiait le tableau concernant leur diversité spécifique peu avant l’extinction du Crétacé terminal. Ph. Taquet et coll. ont évoqué les travaux de terrain d’Armand de Ricqlès au Niger et au Maroc.

4La session consacrée à l’évolution a passé en revue certains grands thèmes d’actualité : inanité de l’argument de la « complexité irréductible » prôné par les créationnistes (H. Le Guyader), génétique du développement (C. Galperin), le problème de la rudimentation (J. Deutsch), internalisme vs. externalisme (A. Casinos), problématiques de la biogéographie historique (V. Ung et coll.) et enfin les nouvelles méthodes statistiques de partition de la variation dans les analyses comparatives où les données sont phylogénétiquement structurées (Y. Desdevises).

5La session concernant la systématique a évoqué divers aspects méthodologiques et historiques (G. Lecointre, J. Gayon, P. Tassy) et des résultats concrets récents (G. Lecointre, sur les téléostéens ; D. Marjanovic et al. sur les tétrapodes « basaux »).

6La session de paléontologie a passé en revue une série de questions variées : méthodologie des sciences historiques (Cl. Cohen), histoire de la « découverte » des dinosaures par le monde scientifique français au xixe siècle (E. Buffetaut), origine et persistance de « mythes paléontologiques » (D. Goujet), archéozoologie et anatomie de la domestication (J.-D. Vigne), poursuite des découvertes dans le Permien du Niger (S. Steyer), origine des Anoures (Z. Rocek), problèmes de la phylogénie des Squamates (J. Gauthier et coll ), phylogénie des Neornithes (E. Bourdon).

7Les sessions consacrées à la paléohistologie ont occupé une journée et demie avec vingt-cinq communications spécialisées couvrant l’ensemble du spectre systématique des vertébrés et des époques, du paléozoïque à l’actuel. Du point de vue méthodologique, on notera l’utilisation de la microscopie électronique à transmission (L. Zylberberg), de la lumière synchrotron (S. Sanchez, J. Pouech et coll.), de la microsonde (A. Bailleul et coll., V. de Buffrenil et coll.) et des techniques isotopiques (R. Amiot et coll.). La plupart des communications seront reprises dans un numéro thématique spécial à paraître dans les Comptes rendus de l’Académie des Sciences (série Palevol).

8La réunion s’est terminée par la leçon de clôture de la chaire de Biologie historique et évolutionniste du Collège de France. A. de Ricqlès, après avoir rapidement évoqué diverses étapes de sa carrière, a pris le parti d’y développer l’approche paléontologique plutôt qu’une réflexion sur l’évolutionnisme, compte-tenu de la couverture extensive et récente de cette perspective dans le cadre de l’année Darwin (voir La lettre du Collège de France n° 25 : p. 12-13 ; n° 26 : p. 41-42 ; n° 27 : p. 22-23).

Compte-rendu de la leçon de clôture

9Quelles perspectives d’avenir pour les sciences paléontologiques ? Il y a d’abord lieu de souligner l’extraordinaire accroissement qualitatif et quantitatif des connaissances, son accélération et sa mondialisation au cours des deux dernières décennies. À l’époque de Darwin, les carences de la documentation paléontologique au niveau mondial avaient sérieusement limité l’appui que les données fossiles pouvaient fournir alors à l’évolutionnisme scientifique. Depuis ces temps lointains, la reconstitution objective de l’histoire évolutive de la vie fournie par la paléontologie a accompli des progrès presque inimaginables. Des milliers de fossiles bien localisés dans le temps et dans l’espace témoignent désormais de combinaisons originales d’états de caractères, comblant, au fil du temps profond, les immenses lacunes morphologiques et fonctionnelles séparant les grands groupes survivants dans la nature actuelle. Après une réflexion sur la méthode d’administration de la preuve dans les sciences historiques, trois thématiques générales ont été plus précisément envisagées : la paléobiogéographie mobiliste, la paléoécologie et enfin les avancées dans la connaissance des périodes très anciennes, antécambriennes, de l’histoire du vivant, le néoproterozoïque en particulier. Enfin, des aspects de la paléontologie touchant plus directement mes propres activités ont été évoqués : évolution des vertébrés et paléohistologie. Il s’agissait de montrer en quoi cette dernière approche constituait une science carrefour, tissant plus particulièrement des liens étroits entre paléontologie « traditionnelle » et divers aspects de la biologie : morphogenèse, développement, croissance, physiologie, structure et dynamique des populations, traits d’histoire de vie, microévolution, etc.

10En conclusion, l’exemple du dinosaure « post-moderne » a permis d’engager une réflexion sur les rapports parfois ambigus, tissés au travers des médias, entre recherche fondamentale en train de se faire et diverses fictions ou mythologies véhiculées par « la culture de masse ». Face aux dérives de toute nature imposées en permanence par « l’air du temps », l’utilité d’enseignements scientifiques de haut niveau apparaît évidente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 29, Paris, Collège de France, juillet 2010, p. 27-28, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Armand de Ricqlès, « Perspectives sur l’évolution des vertébrés : sujets et problèmes », La lettre du Collège de France [En ligne], 29 | juillet 2010, mis en ligne le 20 mai 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1076

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page