Navigation – Plan du site
Colloques

Travail, identités, métier : quelles métamorphoses ?

Alain Berthoz, Yves Clot, Catherine Courtay et Jacques Freyssinet
p. 27-29

Résumé

Colloque international organisé au Collège de France les 23, 24 et 25 juin 2009 par la chaire de Physiologie de la perception et de l’action (Pr Alain Berthoz) en collaboration avec la chaire de Psychologie du travail du Conservatoire national des arts et métiers (Pr Yves Clot)

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce colloque a été diffusé en 2009 par France Culture.
Les communications sont consultables et téléchargeables en audio sur le site du Collège de France (page du Pr Berthoz, rubrique audio/vidéo)

Texte intégral

Pierre Corvol (administrateur du Collège de France), Alain Berthoz et Yves Clot

1Au confluent d’un ensemble de questions fondamentales concernant l’homme et la vie sociale, le travail est un sujet fédérateur. Riche et complexe, il est d’une actualité brûlante. Paradoxalement, on assiste aujourd’hui tout à la fois à la diminution du nombre de laboratoires académiques qui s’intéressent à ce champ selon des approches traditionnelles et à un bouleversement de la nature même du travail.

2Ce colloque consacré au travail, pluridisciplinaire du fait même de son objet, avait vocation à rassembler des experts du monde académique et des acteurs sociaux du monde du travail pour tenter de décrire et de comprendre les nouvelles formes que prend le travail aujourd’hui. Son objectif était de faire apparaître des problématiques originales et inédites, de porter le regard sur ce qui se transforme dans les rapports entre le travail, les individus, les techniques, les formes d’organisation, les institutions, etc. L’émergence du nouveau, sous tous les angles, était le point d’entrée. Dans cette perspective, l’histoire a été mobilisée non pas comme un regard rétrospectif sur ce qui n’est plus, mais comme un outil d’analyse permettant de comprendre pourquoi et comment le devenir du monde actualise ou non l’une ou l’autre des multiples voies qui ont pu, à un moment donné du passé, apparaître comme des possibilités d’avenir.

3En juxtaposant dans leur titre les trois mots « Travail, identité, métiers », les organisateurs entendaient indiquer qu’il existe entre eux des liens profonds. De fait, les travaux du colloque ont conduit à identifier des axes de recherche prioritaires en rapport avec ces thèmes, qui pourraient permettre un renouvellement majeur de la problématique en intégrant les effets des formidables transformations de la nature et des formes sociales du travail. Il s’agissait bien de refonder la recherche dans un domaine fondamental pour les sociétés modernes et leur évolution.

4Le programme était articulé autour de onze thèmes choisis par un collectif interdisciplinaire (sociologues, anthropologues, psychologues et physiologistes du travail, responsables des ressources humaines, épidémiologistes, ergonomes, industriels de la formation au management, etc.)

  • Le contexte historique de la notion de travail

  • Le mot métier a-t-il encore un sens ?

  • Concevoir le travail : nouveaux outils, nouvelles coopérations

  • Connaître et étudier le travail

  • Le travail saisi par le droit

  • Dignité, identité et reconnaissance

  • Le risque

  • Répartition de la valeur ajoutée dans l’économie d’aujourd’hui

  • Corps, santé et pathologies du travail

  • Les frontières du travail

  • Nouvelles organisations, nouveau management

5La session de clôture a permis de présenter des synthèses et des commentaires critiques. L’accent a été mis en particulier sur les points exposés ci-dessous, qui donnent un aperçu de la richesse des débats et de la diversité des thèmes et des approches.

Le travail connaît un véritable changement de paradigme qui induit des rapports nouveaux (Georges Amar)

  • nouveau rapport à la personne

Dans le domaine des transports, par exemple, on s’intéressait jusqu’alors à une gestion des flux de voyageurs considérés comme des particules homogènes. Dans les conceptions nouvelles qui font appel au concept de mobilité, on s’intéresse aux personnes en tant qu’elles sont actives et mobiles. Le passage du « transport de flux » à la « mobilité des personnes » est un changement radical.

  • nouveau rapport au temps

Le temps du transport est un temps homogène, qui est le même pour tous, c’est un temps perdu et donc à raccourcir ; le temps de la mobilité est rendu utile, réel, il change selon qu’il a lieu de jour, de nuit, etc.

  • nouveau rapport au corps

Au cours d’un transport, le corps doit être maintenu passivement en l’état, alors que la mobilité intègre une composante dynamique, l’idée qu’elle est « bonne pour la santé », etc. La mobilité devient une facette du développement personnel.

  • nouveau rapport au lieu

Du point de vue du transport, le lieu est un rapport entre origine et destination ; dans la mobilité, ce sont les étapes, les individus qui font le lieu.

  • nouveau rapport au travail

Avec le transport, il s’agissait du lien domicile/travail ; aujourd’hui, avec la mobilité, le travail n’est plus dans les lieux de travail.

  • nouveau rapport à l’environnement etc.

6En changeant de paradigme, on change de valeur.

La valeur et l’intérêt du transport étaient d’aller vite et loin – le TGV est un bon exemple. Aujourd’hui, l’intérêt est de créer des liens : d’où l’introduction de prises informatiques dans les TGV, par exemple.

7Nouveaux rapports dans le travail.

L’individu en tant que personne est désormais au centre des débats : d’où les développements concernant le droit du travailleur et de la personne, l’autonomie sous contrainte, l’autonomie et la coopération, le travailleur indépendant, le nouveau rapport au corps et la question des émotions.

La fin du travail ? Une question absente (Jacques Freyssinet)

8Deux ouvrages publiés en 1995 – The End of Work, de J. Rifkin, et Le Travail, une valeur en voie de disparition, de D. Méda – soulevaient des thèses qui n’ont pas été évoquées lors de ce colloque. Selon Rifkin, technologie et nouvelles formes d’organisation éliminent tendanciellement le travail dans un système productif automatisé. D. Méda critiquait la place hégémonique du travail dans les sociétés occidentales Ces idées n’ont pas eu d’écho.

9Mais la définition du travail nécessite un effort de clarification, qui permettra d’établir une typologie (travail salarié, autonome, forcé, etc.)

10La notion de « catégories écran » a permis d’évoquer le travail informel, le travail « invisible », etc.

11La notion de « métier » a été analysée dans toute sa polysémie.

Six grands champs de questionnement (Catherine Courtay)

  1. La question de l’analyse de l’activité, dans ses dimensions individuelles et collectives, jusqu’à la question du cognitif.

  2. Les individus, les parcours, les identités, avec les questions de dynamiques de l’emploi, les analyses inter-générationnelles et intra- générationelles, l’histoire, les dynamiques des métiers, les connaissances des populations spécifiques.

  3. La question des liens entre travail et hors travail.

  4. La question des risques est importante.

    • 1  Métamorphose des identités sociales. Robert Castel, EHESS, Centre d’étude des mouvements sociaux – (...)

    La question du cadre, de l’activité, de l’environnement, du contexte, de « l’autre registre que le travail concret » comme l’a dit Robert Castel1 ; le travail avec « les activités en société », avec à la fois les aspects institutionnels, les organisations collectives, etc.

  5. La question de la réflexion sur les outils et les catégories d’analyse, les cadres théoriques, les méthodes, les terrains pertinents.

12Quant à la recherche concernant les liens entre santé et travail, elle doit en permanence se renouveler par exemple en intégrant les interrogations sur la santé mentale, sur la place de l’individu dans la société, etc.

Si l’on s’interroge sur l’avenir du travail humain, il faut travailler sur deux questions en particulier (Yves Clot)

  1. les rapports entre l’évaluation individuelle et l’évaluation collective

  2. la question des rapports entre santé, travail, prévention. La prévention et la recherche sur la prévention sont un enjeu majeur pour l’avenir.

Alain Berthoz (Collège de France) a souligné deux points

131. Nécessité de la multidisciplinarité : la question du travail a un aspect fondamentalement multidisciplinaire et les cloisonnements sont encore trop importants. En dépit des initiatives prises par les sciences humaines et sociales (SHS) notamment à l’ANR, ces problèmes demandent aujourd’hui une véritable coopération interdisciplinaire, non seulement entre les SHS et les sciences de la vie, mais avec les Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication ou les sciences de l’ingénierie, par exemple au moyen d’outils tels que les codirections de thèses par des experts de disciplines différentes.

142. Une méthode à suivre est celle de Bertrand Schwartz : aller chercher le savoir chez les travailleurs eux-mêmes, pour ensuite élaborer des concepts.

Philippe Mancone

Ces trois journées ont réuni près de 50 intervenants et discutants, experts aussi bien dans le champ de l’étude du travail mais aussi dans ceux de la langue, de la santé, de l’anthropologie sociale et de la technologie ; ainsi que des chefs d’entreprises, des économistes, des juristes, etc. À tous, on avait demandé de présenter les transformations en cours dans leur domaine et de proposer des pistes nouvelles. Pour finir, lors de la dernière session, plusieurs personnalités ont donné leur point de vue à la fois sur le colloque et sur le thème du travail.
Les travaux ont été suivis pendant trois jours par plus de 600 auditeurs, pour une large part chercheurs et acteurs sociaux, venus de France mais aussi de l’outre mer et de différents pays d’Europe.
Pour chaque session, des étudiantes ont rédigé avec les présidents de séance un rapport de synthèse.
Elles ont d’abord noté la multiplicité des notions qui interviennent dans ce champ : la personne, le collectif, les valeurs, le développement, la reconnaissance, la décision, les compétences, la subjectivité, les corps, la performance, la connaissance, la santé, le métier, la sécurité, les temporalités, les frontières, les conditions de travail, le droit, les normes, les coopérations, le dialogue, les transformations, l’affectivité, le risque, l’organisation, le management...
De là, elles ont dégagé quelques axes de réflexion pour revenir de manière synthétique sur divers aspects du colloque.
1er axe : le travail en métamorphoses ;
2e axe : les frontières et leurs régulations (ce thème a occupé une session de travail, mais il est suffisamment transversal pour être repris comme un axe de réflexion) ;
3e axe : la genèse collective du travail.

Haut de page

Annexe

Liste des membres du comité de pilotage du Colloque :

  • Alain Berthoz, chaire de Physiologie de la perception et de l’action, Collège de France

  • Yves Clot, chaire de Psychologie du travail, CNAM / Centre de recherche sur le travail et le développement

  • Georges Amar, directeur de la prospective, RATP

  • Philippe Davezies, Institut universitaire de médecine et santé au travail, université Claude Bernard Lyon 1

  • Pierre Falzon, chaire d’Ergonomie, CNAM /Centre de recherche sur le travail et le développement

  • Pierre Ferreri, Réseau des écoles de service public ; École nationale de protection judiciaire de la jeunesse

  • Michel Lallement, chaire de Sociologie du travail, CNAM / Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique – CNRS

  • Didier Naud, directeur du conseil de Demos Executiv (Paris)

  • Yves Schwartz, Département d’ergologie, université de Provence

  • Serge Volkoff, Centre de recherches et d’études sur l’âge et les populations au travail, Centre d’études de l’emploi

  • Florence Weber, ENS Paris - Centre Maurice Halbwachs / Centre d’études de l’emploi

  • Denis Woronoff, Université Paris I Panthéon Sorbonne / Institutions et dynamiques historiques de l’économie – CNRS

Haut de page

Notes

1  Métamorphose des identités sociales. Robert Castel, EHESS, Centre d’étude des mouvements sociaux – CNRS

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pierre Corvol (administrateur du Collège de France), Alain Berthoz et Yves Clot
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1071/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Philippe Mancone
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1071/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 28, Paris, Collège de France, avril 2010, p. 27-29, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Alain Berthoz, Yves Clot, Catherine Courtay et Jacques Freyssinet, « Travail, identités, métier : quelles métamorphoses ? », La lettre du Collège de France [En ligne], 28 | avril 2010, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1071

Haut de page

Auteurs

Alain Berthoz

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire Physiologie de la perception et de l’action

Articles du même auteur

Yves Clot

CNAM

Catherine Courtay

Agence nationale de la recherche (ANR)

Jacques Freyssinet

Président du Conseil scientifique du Centre d’études et d’emploi

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page