Navigation – Plan du site
Actualité
Professeurs invités

Civilisation pharaonique

Christian Leitz
p. 21-22

Résumé

Professeur à l’université de Tübingen (Allemagne), invité par l’Assemblée des professeurs à l’initiative du Pr Nicolas Grimal a donné en novembre 2009, quatre leçons intitulées :
1. Le grand Hymne athribite des noms de la déesse Répit
2. Le défilé des dieux des provinces à Dendara, Philae et Athribis
3. La décoration du temple de Kom Ombo et la fonction de ses divers éléments

Haut de page

Texte intégral

1Les deux premières conférences étaient consacrées au temple de la déesse Repit à Athribis près de Sohag en Haute Égypte. Ce temple est situé à environ 10 km à l’ouest de Sohag, à l’aplomb des contreforts du désert libyen, dont le plateau culmine ici à plus de 200 m au-dessus de la Vallée du Nil. C’est Ptolémée XII qui a initié la construction d’un grand temple, ne mesurant pas moins de 75 m de long pour une largeur de 45 m, et dont la décoration a été achevée par les premiers empereurs romains. Le bâtiment contient une grande litanie de Répit qui, répartie sur dix colonnes, décore le premier registre du mur ouest du péristyle est et, au premier registre du péristyle ouest, une autre litanie consacrée à la déesse Bastet, qui n’était pas traitée dans cette conférence.

2On peut constater que toute la liste suit un ordre strictement géographique, le texte commence en Haute Égypte au sud et se termine avec le xxe nome de Basse Égypte. Aucune colonne n’est conservée intégralement, au mieux, douze colonnes subsistent encore. Puisque l’on connaît la hauteur du premier registre, on peut en déduire le nombre de lignes à l’origine : quatorze. La liste géographique se développe sur les six premières colonnes, ce qui fait six fois quatorze, c’est-à-dire quatre-vingt-quatre lignes. Ce nombre, c’est aussi deux fois quarante-deux et donc, on pourrait supposer que deux lignes étaient consacrées à chaque nome mais, en réalité, ce n’était pas le cas. Dans certains cas, il n’y a qu’une seule ligne par nome, dans d’autres cas il y en a plusieurs. Les quatre premières colonnes étaient consacrées à la Haute Égypte, et seules deux, à savoir les colonnes V et VI, furent réservées à la Basse Égypte. La liste d’Athribis est la seule en dehors de celles de Dendara qui identifie les dieux des provinces à des divinités féminines.

3Au cours de la deuxième leçon, des processions géographiques étaient traitées : il s’agit d’une catégorie de textes très répandue dans les temples égyptiens – surtout à l’époque gréco-romaine. En réalité, étant donné que ces textes sont toujours situés au soubassement des murs, ils sont naturellement mieux conservés et, dans chaque temple, une quantité importante des textes qualifiés de ptolémaïques sont précisément des processions géographiques. Le contenu des inscriptions qui accompagnent les défilés des dieux Nils ou des déesses Sekhet est très varié : on y glane des informations sur les dieux régionaux, des mentions des principales villes et temples du nome, des informations hydrologiques et agricoles et avant tout, une multitude d’allusions aux mythologies locales.

4Se basant sur quatre ensembles de textes de Philae, et Dendara, et deux d’Athribis, la conférence a essayé de montrer que malgré un état de conservation parfois déplorable, on pouvait en retirer des informations mythologiques. Les textes qui accompagnent ces défilés de dieux géographiques ne contiennent que de très courtes allusions aux différents mythes, cultes et toponymes. Par conséquent, en dépit d’un état fragmentaire, on peut toujours glaner une information très spécifique. La position sur la liste donne une information très exacte sur la localisation des événements et dans ces conditions, on a la possibilité de les comparer à beaucoup d’autres textes – ce qui fut fait lors cette conférence.

5Le sujet de la troisième et de la quatrième leçon est un monument bien connu dans l’égyptologie depuis plus de cent vingt ans, le sarcophage de Panéhemisé à Vienne. Il a été presenté en deux étapes : la première conférence a donné un aperçu du contenu de ce monument et la deuxième, un essai d’interprétation de quelques parties de ce sarcophage si richement décoré.

6La datation du sarcophage n’est pas assurée. Le plus probable est qu’il remonte au début de l’époque lagide. Panéhemisé était prophète d’Amon-Rê et de divers numina d’une localité appelée Chéna. Ce toponyme est à localiser à Naucratis ou dans ses environs immédiats, dans la province de l’Occident, troisième de la nomenclature de Basse Égypte.

7Une des choses les plus remarquables sur ce sarcophage sont les grandes quantités de dieux-gardiens. Sur chaque côté du couvercle, sur 17 registres, on trouve un défilé de 34 dieux gardiens, l’ensemble constituant un groupe de 68 dieux gardiens. Jusqu’à présent, aucune publication n’a répertorié de groupe comparable, et pour beaucoup de ces dieux, le sarcophage de Panéhemisé constitue la seule attestation de leur nom dans toute la littérature égyptienne. Peut-être peut-on en partie expliquer ce phénomène par l’origine naucratite assez inhabituelle de Panéhemisé. En réalité, seuls trois autres cas sont répertoriés et en effet, sur le sarcophage d’un certain Horemheb conservé au musée du Caire, on trouve un texte qui est parallèle à une longue inscription du sarcophage de Panéhemisé. Ces grands groupes de dieux gardiens sont toujours assez peu étudiés, au début du xxie siècle, à la seule exception des 77 dieux de Pharbaïthos pour lesquels il existe les études de Jean-Claude Goyon et de Sylvie Cauville. Pour ce qui est des dieux protecteurs figurant sur les grands sarcophages de l’époque tardive, dont une quantité non négligeable est publiée depuis longtemps, notamment ceux du musée du Caire, il n’existe pratiquement pas, à de rares exceptions près, d’études approfondies. Apparemment, les courtes notices qui accompagnent généralement ces dieux, à l’aspect parfois bizarre ou étrange, n’ont pas suscité l’intérêt des chercheurs. Toutefois, ces inscriptions contiennent une masse relativement importante d’informations sur la vie du défunt dans l’au-delà, même si ceci se présente sous une forme un peu fragmentée. En réalité, il faut traiter ces 68 brèves inscriptions comme un seul texte comportant 68 paragraphes, ce qui constitue un ensemble tout à fait comparable à un papyrus d’une longueur moyenne, qui plus est, extrêmement bien conservé : il ne manque pratiquement rien.

8La dernière leçon a traité notamment des deux ensembles qui constituent une compagnie de 68 dieux, et qui n’est pas attestée ailleurs. De fait, plusieurs noms de dieux sont uniquement connus par le sarcophage viennois. À première vue, ce ne sont pas là des conditions optimales pour élaborer un commentaire, toutefois, on peut essayer d’avancer quelques conclusions. En réalité, on peut proposer quatre directions pour l’analyse de ces deux cortèges de dieux. La première est l’iconographie ; la deuxième, la longue colonne verticale devant les 17 registres ; la troisième, le nom du dieu et la quatrième, son discours.

9Ces 68 dieux sont des protecteurs du lit funéraire d’Osiris. On peut dresser une liste des thèmes évoqués : protection de la litière ; gardiens des portes ; gardiens de la nuit ; détournement des ennemis ; protection du corps ; la vie à côté d’Osiris ; prendre soin du prestige du défunt ; liberté des mouvements ; la vie éternelle ; entourage d’Osiris ; punition des ennemis ; embaumement ; ouverture de la bouche.

10Les textes les plus importants pour la compréhension de la décoration du sarcophage de Panéhemisé sont dans les temples de l’époque gréco-romaine la chapelle de Sokaris à Edfou et les chapelles d’Osiris sur le toit du temple de Dendara. Parmi les sarcophages tardifs c’est celui de Teos, fils de Iahmès conservé au musée du Caire, le n° CG 29304, ainsi que celui de Ankhhep, fils de Tayefnakht, n° CG 29303, qui offrent une grande quantité de textes parallèles ou plus exactement semi-parallèles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 28, Paris, Collège de France, avril 2010, p. 21-22, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Christian Leitz, « Civilisation pharaonique », La lettre du Collège de France [En ligne], 28 | avril 2010, mis en ligne le 24 mai 2011, consulté le 23 avril 2014. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1058

Haut de page

Auteur

Christian Leitz

Professeur à l’université de Tübingen (Allemagne)

Haut de page

Droits d'auteur

© Collège de France

Haut de page