Navigation – Plan du site
Actualité
Professeurs invités

New Light on Persepolis: The Glyptic Imagery from the Persepolis Fortification and Treasury Archives

Mark Garrison
p. 19-20

Résumé

Professeur à l’université Trinity, San Antonio (États-Unis), invité par l’Assemblée des professeurs à l’initiative du Pr Pierre Briant a donné en novembre 2009 quatre leçons intitulées « New Light on Persepolis : The Glyptic Imagery from the Persepolis Fortification and Treasury Archives » :
1. Seals and archives at Persepolis: an introduction
2. Glyptic Imagery as Social Identity: The Seals of Zissawis
3. The Religious Landscape at Persepolis: New Glyptic Evidence for the So-Called “Fire Altars”
4. Glyptic Imagery and Ideology: The Emergence of a Visual Language of Empire at Persepolis

Haut de page

Texte intégral

Première leçon. Sceaux et archives à Persépolis : une introduction

1Ces leçons ont présenté une des ressources les plus remarquables pour l’étude d’une culture antique, en particulier pour l’étude de son iconographie. Cette ressource est constituée par un important ensemble de tablettes administratives provenant de Persépolis, et connue aujourd’hui sous le nom d’archive des fortifications de Persépolis. Cette archive est certainement la ressource la plus importante dont nous disposons pour l’étude de la culture perse achéménide. J’irai même jusqu’à dire que, grâce à la survie de milliers de sceaux différents, préservés par leurs empreintes sur les tablettes, cette archive représente une ressource presque unique pour l’étude typologique et historique des images et des représentations.

2La première leçon a fourni une introduction générale aux archives et à la glyptique de Persépolis, aux archives des fortifications et du Trésor, en insistant plus particulièrement sur les archives des fortifications. Elle s’est intéressée aux protocoles de scellement dans ces deux archives ainsi qu’à l’iconographie et aux styles de la glyptique.

1/4. Seals and archives at Persepolis: an introduction

Mark Garrison, conférence du 4 novembre 2009.

Deuxième leçon. L’imagerie glyptique en tant qu’identité sociale : les sceaux de Ziššawiš

3Cette leçon a examiné en détail certains administrateurs en particulier ainsi que certains sceaux en particulier. Les thèmes qui ont guidé les discussions sont les ramifications idéologiques et sociales de ces images remarquables. Le sujet de cette leçon a porté sur les deux sceaux employés par un administrateur de haut rang, Ziššawiš, sous-directeur des archives des fortifications. Nous nous sommes concentrés sur une lecture très attentive des images de ces deux sceaux, dans une analyse iconographique à de multiples égards très traditionnelle, puis nous avons tenté de comprendre la signification sociale des images portées par ces sceaux.

2/4. Glyptic Imagery as Social Identity: The Seals of Zissawis

Mark Garrison, conférence du 12 novembre 2009.

Troisième leçon. Le paysage religieux à Persépolis : nouvelles données glyptiques pour ce qu’il est convenu d’appeler les « autels du feu »

4Cette leçon a adopté une méthode plus traditionnelle pour étudier des images glyptiques, en rassemblant des groupes de sceaux partageant une même iconographie. Un des objectifs a été de montrer comment les données glyptiques des archives des fortifications peuvent contribuer aux discussions de longue durée sur l’iconographie dans l’art achéménide. Cette présentation visait notamment à démontrer comment les données de la glyptique de Persépolis peuvent apporter de nouvelles perspectives à des questions iconographiques déjà connues, et comment elles peuvent ainsi nous contraindre à repenser les questions que nous avions posées et les suppositions que nous avions émises à leur propos.

5La représentation des « autels du feu » dans l’art achéménide est inévitablement liée aux discussions portant sur la religion dans la période achéménide et sur la « question zoroastrienne ». L’exploration des représentations des « autels du feu » dans cette leçon ne cherche pas à offrir une réponse définitive quant aux préférences religieuses des premiers Achéménides. Plutôt, ces témoignages font partie d’un dossier beaucoup plus vaste comprenant matériel textuel et visuel, en cours de compilation et de synthèse. Chaque année voit paraître de nombreuses publications sur cette question, mais une ressource particulièrement importante, parce qu’elle traite des données textuelles des archives des fortifications, est le livre récent de Wouter Henkelman, The Other Gods Who Are (Leyde, 2008).

6Cette leçon a commencé par une brève discussion sur l’historiographie de la religion et de l’empire, et a passé en revue quelques tentatives antérieures de rassembler des témoignages de représentations des « autels du feu » pour la période achéménide. Nous avons ensuite examiné les nouvelles données de Persépolis, et terminé par quelques réflexions sur la signification du matériel glyptique persépolitain.

3/4. The Religious Landscape at Persepolis: New Glyptic Evidence for the So-Called "Fire Altars"

Mark Garrison, conférence du 19 novembre 2009.

Quatrième leçon. Les images glyptiques persépolitaines et l’idéologie : l’émergence d’un langage visuel de l’empire à Persépolis

7Cette dernière leçon a exploré une des questions de recherche les plus importantes dans l’étude de l’art achéménide : l’apparition d’un langage visuel de l’empire et de la domination, et la dynamique de ce langage visuel. C’est une question très vaste et complexe, dont nous n’avons pu aborder que quelques aspects. Nous avons examiné les nouvelles données fournies par la glyptique persépolitaine et avons vu également certains points de l’« interface » entre art monumental et art glyptique. Ces interfaces sont exceptionnellement intéressantes et peuvent éclairer d’une lumière nouvelle notre compréhension de la dynamique d’un programme idéologique plus vaste, tel qu’il émerge durant le règne de Darius Ier.

8La leçon a commencé par un aperçu très bref de la sculpture monumentale à partir des règnes de Cyrus et de Darius, en fournissant un résumé des caractéristiques qui se dégagent dans le vocabulaire, la syntaxe et la sémantique de la sculpture monumentale dans le règne de Darius Ier. Puis nous avons exploré les données de la glyptique par l’intermédiaire des sceaux « royal-name » de Darius. Nous avons examiné alors d’une façon assez détaillée les caractéristiques d’un de ces sceaux, PTS 1*, provenant des archives du Trésor, en suivant quelques axes de recherche que nous ouvre l’étude de son dessin. La leçon s’est terminée avec quelques remarques synoptiques très préliminaires sur la glyptique persépolitaine et l’idéologie impériale achéménide.

4/4. Glyptic Imagery and Ideology: The Emergence of a Visual Language of Empire at Persepolis

Mark Garrison, conférence du 26 novembre 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 28, Paris, Collège de France, avril 2010, p. 19-20, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Mark Garrison, « New Light on Persepolis: The Glyptic Imagery from the Persepolis Fortification and Treasury Archives », La lettre du Collège de France [En ligne], 28 | avril 2010, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1051

Haut de page

Auteur

Mark Garrison

Professeur à l’université Trinity, San Antonio (États-Unis)

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page