Navigation – Plan du site
Actualité
Professeurs invités

Un autre Le Corbusier : l’idée de la synthèse des arts majeurs

Juan Calatrava
p. 17-18

Résumé

Directeur de l’École d’architecture de Grenade (Espagne), invité par l’Assemblée des professeurs sur la proposition du Pr Roland Recht a donné en novembre-décembre 2009 deux conférences intitulées « Un autre Le Corbusier : l’idée de la synthèse des arts majeurs » :
1. « Il n’y a pas d’architectes seuls… ». Le Corbusier et la synthèse des arts
2. Le Poème de l’Angle droit

Haut de page

Texte intégral

1Une nouvelle historiographie de l’architecture contemporaine a procédé à une très large révision en ce qui concerne le récit mythique et téléologique de la modernité architecturale. Cette révision a eu, bien sûr, des conséquences très importantes sur l’image de Le Corbusier. Il faut comprendre les deux leçons tenues au Collège de France, le 26 novembre et le 4 décembre 2009, sous le titre commun de Un autre Le Corbusier, dans le cadre de cette reconsidération globale récente du rôle de Le Corbusier en tant qu’architecte, urbaniste et artiste. En effet, après les très nombreuses recherches et expositions des dernières années, on a fini par (re)découvrir « un autre » Le Corbusier tout différent – et beaucoup plus riche – que celui correspondant au cliché réducteur de l’architecte « fonctionnaliste » et, surtout, on a compris tardivement les raisons profondes de l’insistance de Le Corbusier même sur l’unité indissoluble de l’architecture et des arts plastiques dans son travail de « créateur ».

2Le Corbusier disait souvent qu’il fallait chercher le vrai sens, la clé, de son architecture dans son œuvre plastique ou, plutôt, dans la synthèse entre l’architecture et les arts plastiques, et il condensa cette idée dans la phrase devenue célèbre : « Il n’y a pas de sculpteurs seuls, de peintres seuls, d’architectes seuls. L’événement plastique s’accomplit dans une “FORME UNE” au service de la poésie ».

3Mais, malgré les déclarations très claires et abondantes dans ses textes et ses interventions publiques, Le Corbusier fut et continue d’être pour la plus grande partie du public avant tout l’architecte du fonctionnalisme strictement « machiniste ». Cette vision très réductrice a été fortement nuancée et corrigée depuis quelques années grâce aux recherches de Stanislaus von Moos, K. Frampton, E. Sekler, J.-L. Cohen, B. Reichlin, N. Jornod et bien d’autres, et aussi grâce aux programmes de recherche lancés par la Fondation Le Corbusier : mais la persistance du cliché reste toujours surprenante.

4Une formule résumait pour Le Corbusier cette complémentarité foncière entre l’architecture et les arts plastiques : la « synthèse des arts majeurs ». L’idée de cette synthèse est présente, bien sûr, dès les années 1920, à l’époque de la revue L’Esprit nouveau, mais elle trouve sa formulation théorique la plus accomplie après le choc de la Seconde Guerre mondiale. Si, en 1949, Th. W. Adorno se demandait comment on pourrait encore écrire de la poésie après Auschwitz, pour Le Corbusier, en reformulant et en donnant une forme beaucoup plus élaborée à la synthèse des arts, le moment était venu de retrouver le rôle de la poésie dans son sens étymologique, soit de la création à travers le penser et le faire, dans le monde déchiré de l’après-guerre.

5Sur le plan théorique, Le Corbusier écrit alors deux textes courts mais d’une importance capitale : les articles « L’espace indicible » et « Unité » (publiés dans L’Architecture d’aujourd’hui respectivement en 1945 et 1948). On y lit que le fondement de la synthèse n’est pas seulement une affaire d’esthétique mais se trouve au centre de la cosmovision même de l’auteur, une cosmovision déterminée – ainsi qu’on commence seulement à le comprendre – par une intégration très particulière et personnelle des sujets philosophiques, religieux, hermétiques et alchimiques, scientifiques et artistiques les plus divers. Dans la pensée de Le Corbusier, qui se considérait comme un descendant des cathares, il y a une idée essentielle, celle de dualité, de division : le monde est déchiré par cette dualité, dominé dans toutes ses échelles (du macrocosme au microcosme) par la séparation, et par l’opposition des contraires. Des couples comme nuit-jour, lumière-obscurité, soleil-lune, homme-femme, terre-eau, raison-passion, veille-rêve, horizontal-vertical, esprit-main, etc., constituent, pour Le Corbusier, le terrain scindé sur lequel se développe la vie matérielle et spirituelle de l’homme. Et l’artiste-créateur est seul capable de produire des moments d’unité, de synthèse, de réconciliation des contraires. En travaillant sans cesse dans les limites de toutes ces scissions, l’artiste a le devoir de jeter des ponts, d’établir des liaisons, qui, aussi provisoires soient-elles, peuvent nous amener vers l’objectif final de l’unité fondée sur l’harmonie.

6L’idée de synthèse des arts suppose donc, pour Le Corbusier, de faire le procès de toutes ces spécialisations que l’on suppose liées à l’idée même de modernité et de prôner, tout au contraire, l’union, la rencontre, la collaboration, la complémentarité. Dans ce cadre, il est important, par exemple, de revendiquer l’importance de l’ouïe et du toucher face au privilège abusif que la culture occidentale a toujours accordé à la vue. Le concept d’acoustique plastique est une des conséquences les plus frappantes de la synthèse, car il suppose – outre la forte présence de l’ouïe dans la plastique corbuséenne de cette même époque – l’exigence pour l’architecte d’écouter la musique du monde (Ronchamp) et l’effort d’intégrer la musique dans l’architecture (La Tourette, le Carpenter Center de Harvard...). Synthèse signifie donc surtout un effort pour récupérer l’origine commune – poétique – des « arts majeurs », mais non à partir des schèmes obsolètes du système des beaux-arts ou du vieux lieu commun de « l’architecture considérée comme un des beaux-arts », mais à partir d’une nouvelle unité qui est à la fois ancestrale et moderne, élaborée dès le moment de la réflexion sur les conditions changeantes de la création artistique dans le monde moderne et sur la responsabilité de l’art dans la reconstruction morale de l’humanité.

7La continuité entre architecture et plastique dans l’œuvre et dans la pensée de Le Corbusier dans les années 1950 est évidente. Sans cette continuité, il serait impossible de concevoir la chapelle de Ronchamp, le couvent de La Tourette ou les bâtiments de Chandigarh. Mais il y a aussi des architectures qui font de la synthèse sa raison d’être, comme ce projet de 1950 d’un très grand intérêt mais presque inconnu, pour un ensemble de pavillons d’expositions à la Porte-Maillot, ou la Maison de l’Homme de Zurich, conçue par Le Corbusier pour son marchand des dernières années, Heidi Weber, et bâtie après la mort de l’architecte.

8Mais il y a aussi, à partir de 1945, un grand renouveau de son activité plastique. Bien sûr, Le Corbusier continue à peindre des tableaux où, à côté des anciens thèmes (les « objets à réaction poétique », les femmes, etc.), on en trouve de nouveaux liés aux aspects spirituels ou « indicibles » comme les « Ubu », « Icône », « Totem », « La main ouverte », etc. Mais surtout, Le Corbusier commence aussi à travailler dans d’autres domaines plastiques, avec une activité foisonnante et encore très peu connue.

9C’est le moment des grandes tapisseries : baptisées par Le Corbusier « mural nomades », l’ersatz de peinture murale pour ce nouveau nomade qu’est l’habitant des villes modernes, elles récupèrent aussi toute la charge mythique de l’acte de tisser. C’est le moment aussi des sculptures, conçues et réalisées avec la collaboration de l’ébéniste breton Joseph Savina, qui représentait pour Le Corbusier la personnification de la synthèse souhaitée entre l’artisan et l’artiste et qui signifiait donc que ce fossé entre la main et le cerveau, creusé depuis la Renaissance, serait ainsi comblé. On peut dire la même chose pour les émaux, une technique du feu avec laquelle Le Corbusier aime endosser le vêtement des forgerons mythiques étudiés par Mircea Éliade : ce n’est pas un hasard si deux des grandes œuvres plastiques intégrées à l’architecture, la porte de la chapelle de Ronchamp et la porte en émail de l’Assemblée de Chandigarh, sont des compositions d’émaux. Et, finalement, c’est aussi l’éclatement de l’œuvre graphique de Le Corbusier qui multiplie la diffusion de sa pensée plastique, avec beaucoup de lithographies (comme celles, célèbres, du Modulor ou Don Quichotte), avec les grandes séries comme Cortège, Unité, et même avec l’invention d’une nouvelle technique, les « rhodoïds » (séries Panurge, Petite Confidence...).

Poème de l’Angle droit

© Fondation Le Corbusier © Círculo De Bellas Artes, 2006

10Dans le cadre de cet intérêt pour les possibilités de l’œuvre gravé, Le Corbusier livrait en 1955 sur les presses du grand lithographe Fernand Mourlot son véritable Gesamtkunstwerk (œuvre d’art total) qu’on peut considérer comme l’aboutissement de cette philosophie de la création artistique fondée sur la synthèse : Le Poème de l’Angle droit. Après huit ans de dur labeur, Le Corbusier pensait avoir réussi à condenser dans le Poème toute sa conception non seulement artistique ou architecturale mais aussi sa cosmologie. Le Poème de l’Angle droit est un ensemble de lithographies où le poème littéraire (présenté sous forme manuscrite), qui témoigne de la force littéraire de la pensée de Le Corbusier, est accompagné d’un éblouissant déploiement de formes plastiques, le tout composant une exposition de sa vision du monde (très influencée par la pensée hermétique et alchimique) et du rôle de la création et des créateurs. Bien que Le Corbusier attribuât une grande importance à cet ouvrage qu’il considérait comme la summa de sa pensée, Le Poème de l’Angle droit a été étrangement méconnu (sauf quelques recherches peu diffusées) jusqu’à l’exposition intégrale que nous avons organisée à Madrid et à Grenade en 2006, et à Buenos Aires en 2009. L’analyse de ce véritable testament plastique et philosophique de Le Corbusier a constitué le sujet monographique de la deuxième des conférences au Collège de France.

1/2. « Il n’y a pas d’architectes seuls… » Le Corbusier et la synthèse des arts

Juan Calatrava, conférence du 26 novembre 2009.

2/2. Le Poème de l’Angle Droit

Juan Calatrava, conférence du 4 décembre 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Poème de l’Angle droit
Crédits © Fondation Le Corbusier © Círculo De Bellas Artes, 2006
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1049/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 28, Paris, Collège de France, avril 2010, p. 17-18, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Juan Calatrava, « Un autre Le Corbusier : l’idée de la synthèse des arts majeurs », La lettre du Collège de France [En ligne], 28 | avril 2010, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1049

Haut de page

Auteur

Juan Calatrava

Directeur de l’École d’architecture de Grenade (Espagne)

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page