Navigation – Plan du site
Actualité
Actualité des chaires

Post mortem. Rites funéraires à Lugdunum

Exposition au musée Gallo-romain de Lyon-Fourvière, 27 novembre 2009 – 30 mai 2010
Christian Goudineau
p. 15-16

Entrées d’index

Mots-clés :

archéologie
Haut de page

Texte intégral

1Le professeur Christian Goudineau a été chargé du haut commissariat d’une exposition organisée au musée Gallo-romain de Lyon-Fourvière sur le thème « les rites funéraires à Lugdunum », exposition accompagnée d’un ouvrage, d’un livret-guide et de plusieurs documents audio-visuels.

2Non seulement la ville de Lyon a conservé, au fil du temps, grâce à l’œuvre de nombreux érudits et « antiquaires », des monuments insignes – mausolées, stèles, grands autels inscrits –, mais de nombreuses fouilles préalables aux grands travaux d’aménagement ont eu lieu depuis une vingtaine d’années, qui ont mis au jour des milliers de tombes d’époque romaine. Il était donc possible de présenter les résultats des recherches récentes en y intégrant les trouvailles anciennes.

3Grâce à des espaces et des moyens que les musées archéologiques offrent rarement, on a pris le parti de reconstituer le parcours qui mène de la mort à la sépulture. Le défunt faisait partie de la haute société de la colonie romaine, grand négociant et membre de l’administration municipale. Dans l’atrium de sa maison, a été mise en scène la veillée funèbre, avec le lit d’apparat, les lumières, le décor floral et la présence des proches. Puis une grande fresque, œuvre de Jean-Claude Golvin, directeur de recherche au CNRS, a mis en images le cortège accompagnant le char du défunt jusqu’à la nécropole.

Le bûcher funéraire, avec le défunt et les offrandes. À l’arrière, reproduction d’un mausolée.

Crédits photographiques : Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.

À côté du bûcher, une table pour le repas frugal qui accompagne la crémation. À l’arrière, à gauche, un four.

Crédits photographiques : Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.

4Après des jongleurs, des mimes, des musiciens, des pleureuses, le char était suivi par la famille, par les autorités de la colonie, par les « clients » puis par les relations.

5Le bûcher funéraire se dressait à l’entrée de la nécropole, orné de tentures, de fleurs, d’offrandes de toutes sortes, notamment alimentaires. À ses côtés, une table pour le banquet, proche d’un four pour réchauffer ou cuire certains mets. Le visiteur voit ensuite ce qui reste du bûcher une fois que le feu s’est éteint, on lui explique le tri opéré parmi les ossements et les restes calcinés des offrandes qui vont être transférés dans une urne de verre, en plomb ou en céramique, laquelle prendra place dans la sépulture définitive, à son tour accompagnée de nouvelles offrandes. Selon le rang social, cette tombe prendra des aspects bien différents, surmontée d’une simple signalisation, d’un autel, d’une stèle inscrite pouvant peser plusieurs tonnes, voire d’un somptueux mausolée.

Après la crémation, ce qui reste des ossements et des offrandes est recueilli (ici, dans une urne en verre) et sera déposé dans une sépulture avec d’autres offrandes.

Crédits photographiques : Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.

Nourrisson inhumé dans un vase.

Crédits photographiques : Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.

6On a voulu donner au visiteur l’impression de parcourir une nécropole du iie siècle après J.-C. Le rite de l’incinération est presque exclusif, l’inhumation étant réservée aux nouveau-nés et à quelques familles qui ont toujours obéi à une vieille tradition. L’inhumation reprendra une place croissante à la fin du iie siècle, pour devenir le rite le plus fréquent au iiie siècle, non pas en raison de l’influence du christianisme, mais parce que, à partir d’Antonin, la famille impériale a répandu cette nouvelle mode. On a retrouvé des tombes munies d’étagères pour les offrandes, des sépultures de chiens, les conduits à libation qui attestent des cérémonies régulières à la mémoire des défunts.

7La dernière partie de l’exposition donne les pièces scientifiques qui ont fondé ces restitutions, ainsi que quelques trouvailles exceptionnelles, comme celles des Martres-de-Veyre, près de Clermont-Ferrand, avec un cercueil intact, les cheveux et les vêtements d’une défunte.

8Des présentations audiovisuelles expliquent les méthodes de fouilles, les analyses anthropologiques, l’étude du matériel. Un documentaire présente des incinérations actuelles en Inde. Un petit film synthétise l’ensemble des données. Sarah Rey, ATER attachée à la chaire, a réuni les principaux textes relatifs aux rites funéraires de l’antiquité classique.

Autel funéraire portant sur le bandeau supérieur, une adresse en grec au passant : « salut, porte-toi bien. »

Crédits photographiques : Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.

Offrandes déposées dans la tombe : représentation de Vénus. Terre blanche.

Crédits photographiques : Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.

Mobilier funéraire (objets personnels) : bulla en or, bague et pendentif, peigne en bois, chaussures.

Crédits photographiques : Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1045/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Le bûcher funéraire, avec le défunt et les offrandes. À l’arrière, reproduction d’un mausolée.
Crédits Crédits photographiques : Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1045/img-2.png
Fichier image/png, 283k
Légende À côté du bûcher, une table pour le repas frugal qui accompagne la crémation. À l’arrière, à gauche, un four.
Crédits Crédits photographiques : Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1045/img-3.png
Fichier image/png, 382k
Légende Après la crémation, ce qui reste des ossements et des offrandes est recueilli (ici, dans une urne en verre) et sera déposé dans une sépulture avec d’autres offrandes.
Crédits Crédits photographiques : Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1045/img-4.png
Fichier image/png, 112k
Légende Nourrisson inhumé dans un vase.
Crédits Crédits photographiques : Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1045/img-5.png
Fichier image/png, 105k
Légende Autel funéraire portant sur le bandeau supérieur, une adresse en grec au passant : « salut, porte-toi bien. »
Crédits Crédits photographiques : Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1045/img-6.png
Fichier image/png, 211k
Légende Offrandes déposées dans la tombe : représentation de Vénus. Terre blanche.
Crédits Crédits photographiques : Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1045/img-7.png
Fichier image/png, 172k
Légende Mobilier funéraire (objets personnels) : bulla en or, bague et pendentif, peigne en bois, chaussures.
Crédits Crédits photographiques : Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1045/img-8.png
Fichier image/png, 353k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 28, Paris, Collège de France, avril 2010, p. 15-16, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Christian Goudineau, « Post mortem. Rites funéraires à Lugdunum », La lettre du Collège de France [En ligne], 28 | avril 2010, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1045

Haut de page

Auteur

Christian Goudineau

Professeur au Collège de France, haut commissaire de l’exposition

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page