Navigation – Plan du site
Actualité
Nomination de professeur

Jacques Nichet

Metteur en scène de théâtre titulaire de la chaire de Création artistique pour l’année académique 2009-2010
Michel Zink
p. 9-10

Texte intégral

1Robert Abirached a présenté un jour Jacques Nichet comme « un artiste ne ressemblant pas du tout à un artiste ». Son air sérieux et appliqué dissimule sa fantaisie et son humour. Son goût pour la discrétion et le retrait ne l’incite pas à se mettre en avant. Un homme calme, l’air convenable et propre sur lui. Jamais un mot plus haut que l’autre. Une douceur modeste, un ton qu’on pourrait croire conventionnel et prudent. Mais personne n’est moins conventionnel et personne n’est moins prudent que lui. On lui découvre, quand il estime devoir s’engager, une audace et une virulence d’autant plus déstabilisantes qu’elles sont à la fois douces, impassibles et ironiques : que l’on songe, du temps de ses débuts, aux Héritiers, du temps de son premier envol au Journal d’un homme normal, à La jeune lune tient la vieille lune…, du temps de la maturité et de la gloire, à Marchands de ville, Faut pas payer, ou aux Cercueils de zinc. Un metteur en scène toujours imperturbablement ironique – l’ironie, mode d’expression essentiellement théâtral et si difficile à faire passer au théâtre ; l’ironie, expression décalée, qui « dit une chose pour en signifier une autre », selon la définition que Quintilien donne de l’allégorie, avec laquelle le Moyen Âge la confond volontiers. Mais en même temps l’homme Jacques Nichet n’est pas ironique du tout : attentif, généreux, indigné. Plus que l’homme de l’ironie, il est l’homme de l’inattendu, nom de sa nouvelle compagnie.

2Né le 1er janvier 1942, il entre à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1964 et est reçu 3e en 1967 à l’agrégation de Lettres classiques. Il est quelques années maître de conférences d’études théâtrales à l’université de Paris VIII avant de se consacrer entièrement à la mise en scène et de devenir directeur du centre dramatique national de Montpellier, puis de celui de Toulouse.

3Metteur en scène et universitaire, universitaire et metteur en scène, il n’a, de 1969 à 1985, entre l’université de Paris VIII et la Cartoucherie de Vincennes, jamais dissocié ces deux activités qui se renforçaient l’une l’autre.

4Dès son arrivée rue d’Ulm, il fonde le théâtre universitaire de l’Aquarium tout en suivant les cours de Jacques Scherer et de Bernard Dort. La vaillante troupe de normaliens et normaliennes, littéraires et scientifiques, commence par monter Les Grenouilles d’Aristophane grâce à la belle et audacieuse traduction alors encore inédite de Victor-Henry Debidour, notre professeur de français et de grec de la khâgne de Lyon. Deux ans plus tard, les trouvailles de sa mise en scène des Guerres picrocholines (avec le talentueux Gilles Veinstein dans le rôle titre) attirent au Vieux-Colombier le Tout-Paris intellectuel et politique, à commencer par le premier ministre Georges Pompidou, et inspireront l’année suivante le Rabelais de Jean-Louis Barrault. Quelques mois encore, et la première des Héritiers, d’après le livre de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, est interrompue par les remous de la première des grandes nuits de mai 1968 : la parfaite concordance entre le spectacle de la scène et celui de la rue amplifie encore le succès de la pièce, que son inventivité sarcastique aurait de toute façon suffi à assurer.

5Bien plus tard, en 1986, Jacques Nichet, nouveau directeur du centre dramatique national de Montpellier, monte en ouverture une pièce oubliée, démodée, méprisée, La Savetière prodigieuse de F. Garcia-Lorca. L’œuvre reçoit un accueil triomphal, à Paris, au Théâtre de la Ville : il a suffi d’une nouvelle traduction qui retrouve un sens effacé, enfoui sous le socle d’une tradition qu’on aurait pu croire inébranlable. Le traducteur J.J. Préau, derrière les apparences d’une fable villageoise, redécouvre la part mythique de l’œuvre, cruelle et comique, mettant en lumière le grotesque attelage que forment l’âme et le corps, l’imagination qui s’envole et le réel qui traîne des pieds lourdement…

6Il se trouve qu’à cette époque, dans les programmes ou dans les annonces de spectacles, on met rarement en évidence le traducteur. Les critiques parlent davantage des décors, des costumes et même des éclairages, oubliant de citer celui qui éclaire le texte, lui redonne son sens, sa couleur et son rythme dans une autre langue. Face à cette injustice, Jean-Michel Déprats et Jacques Nichet réunissent de nombreux traducteurs et fondent un Centre international de la traduction théâtrale dont le siège reste désormais à Montpellier : La Maison Antoine Vitez. Cette association, dont Jacques Nichet est le premier président, comprend de nombreux comités littéraires qui choisissent des pièces d’auteurs reconnus dans leur pays mais qui n’ont jamais encore été représentés en France, accordent des bourses pour les faire traduire et contribuent le plus souvent possible à leur édition. Entre 1990 et 1998, par exemple, une centaine de pièces sont devenues enfin accessibles. Les responsables des comités s’efforcent aussi de préparer l’édition des œuvres complètes d’un dramaturge. C’est ainsi que Wedekind, grâce aux cinq volumes parus aux éditions Théâtrales (sous la direction de J.-L. Besson), ne se limite plus aux deux ou trois pièces qui se jouent chez nous.

7Les multiples rencontres avec de nombreux traducteurs ont avivé chez Jacques Nichet le désir de faire découvrir en France des auteurs venus :

  • d’Italie : F. Camon, La Maladie humaine, traduction Y. Hersant ; G. Macchia. Le Silence de Molière, traduction Manganaro ;

  • d’Espagne : J. Tomeo, Monstre Aimé, traduction D. Laroutis ;

  • d’Israël : H. Levin, Marchands de caoutchouc, traduction L. Atlan ;

  • d’Angleterre : M. Keeny, La Chanson venue de la mer, traduction, S. Magois ;

  • d’Australie : D. Keene, Silence complice, traduction, S. Magois ;

  • de Bielorussie : S. Alexievitch, Les Cercueils de zinc, traduction W. Berelowitch ;

  • d’Allemagne : Q. Buchholz, Le Collectionneur d’instants, traduction B. Friot.

8Représenter des auteurs contemporains, les faire reconnaître, les défendre reste pour Jacques Nichet primordial. Pour saisir à bras-le-corps le monde où nous vivons, Jacques Nichet aime parfois suivre le mot d’ordre (ou de désordre ?) d’Antoine Vitez : Faire théâtre de tout. Apprendre à regarder ce qui se joue autour de nous pour le déjouer, le démonter, s’en moquer allègrement sur scène. C’est dans cet esprit qu’à l’École normale supérieure, le théâtre de l’Aquarium avait représenté (avec la complicité de J.-C. Passeron et de P. Bourdieu qui avait même voulu y ajouter quelques chansons de son cru – musique du talentueux Pierre-Étienne Will) l’adaptation des Héritiers mentionnée plus haut, dont la première représentation eut lieu le 3 mai 1968.

9Cette exceptionnelle expérience a précipité le désir de rassembler une troupe professionnelle qui aurait pour projet d’inventer, chemin faisant, ses propres spectacles, sans jamais vouloir partir du répertoire. À l’image de certains cinéastes aimant s’appuyer sur un simple script et quelques notes d’intention pour filmer plus librement à leur manière.

10Après avoir enquêté à Belleville sur la résistance de locataires face à des promoteurs voulant les arracher de gré ou de force à leurs vieux logements, la troupe a choisi de mettre en pleine lumière cette obscure bataille. En 1972, le succès de Marchands de Ville à Paris, au TNP encourageait toute la compagnie à poursuivre dans cette voie.

11Sur l’invitation d’Ariane Mnouchkine, la troupe rejoint La Cartoucherie, aménage un hangar avec ses propres forces et répète au milieu du chantier son second spectacle : Le Journal d’un homme normal. En 1973, le crime de Bruay-en-Artois déchaîne toute la presse. La troupe découpe de nombreux articles, de Minute à La Cause du peuple, de L’Aurore à L’Humanité, du Figaro au Monde... Jacques Nichet met en scène cette « revue de presse » en restant fidèle à la lettre et au style des différents journalistes. La juxtaposition de leurs textes contrastés et contradictoires dévoile la mythologie qui se cache sous cette recherche de la Vérité à tout prix ! L’affaire criminelle ne sera jamais élucidée...

12En 1976, La jeune lune tient la vieille lune toute une nuit dans ses bras : le groupe se divise pour permettre à chacun d’aller dans des usines occupées, là où les ouvriers veulent bien admettre quelques acteurs parmi eux pendant une ou deux semaines. De retour à la Cartoucherie, les enquêteurs mettent en jeu leurs témoignages sans jamais enfiler un bleu de travail, sans jamais figurer les ouvriers ou se mettre à leur place. Les acteurs affirment dans leur jeu qu’ils ne sont jamais des personnages, mais restent des conteurs.

13Ce «  théâtre à brûler  » (l’expression est de Dario Fo) a rencontré un large public à une époque propice à ce genre de manifestations. Mais il lui manquait la force d’un texte. Sous l’impulsion de Jacques Nichet, la compagnie décide de continuer à inventer son répertoire en adaptant des textes qui n’étaient pas destinés à la scène. Ainsi naîtront des spectacles construits sur des textes de Flaubert, Vittorini (Conversation en Sicile), Kafka (La Lettre au père).

14En arrivant en 1986 à Montpellier, Jacques Nichet appelle son théâtre Les Treize Vents dans le désir de donner plus de force encore à l’énergie poétique passant de la scène à la salle : la programmation s’ouvre à des œuvres rares, rarement représentées :

  • Le Rêve de d’Alembert de Diderot,

  • Le Magicien prodigieux de Calderon,

  • Le Haut-de-forme d’E. de Filippo,

  • Alceste d’Euripide,

  • L’Épouse injustement soupçonnée de Jean Cocteau.

15Et au Théâtre national de Toulouse, à partir de 1998 :

  • Casimir et Caroline de Horvàth,

  • La Tragédie du roi Christophe d’Aimé Césaire,

  • Faut pas payer de Dario Fo,

  • Le Suicidé de Nicolaï Erdman,

  • Le Commencement du bonheur de Leopardi.

16Faire ainsi théâtre de tout, découvrir des auteurs contemporains, redonner des classiques injustement méconnus : le désir de Jacques Nichet est d’aller de surprise en surprise. Voilà sans aucun doute le mot qui éclaire le mieux sa démarche… Il n’a jamais de plan ni de programme préétabli et sait rarement à l’avance comment il va rebondir. Pour cet anxieux, l’attente est toujours longue et angoissante avant la rencontre décisive qui lui permet de repartir ailleurs.

17L’inattendu : voilà le nom que Jacques Nichet a choisi pour sa compagnie, après avoir librement abandonné la direction du Théâtre national de Toulouse. Ce mot lui a été soufflé par Euripide, dans les derniers vers d’Alceste :

Ce que l’on attendait n’arrive
pas à son terme
Mais à l’inattendu, un dieu
trouve passage…

18En acceptant l’inattendu de cette nomination dans la chaire de création artistique du Collège de France pour l’année 2009-2010, Jacques Nichet à son tour expose ses collègues à l’inattendu : il a déjà prié chacun d’entre nous de lui communiquer trois poèmes de son choix, afin que nous participions tous à notre façon, tels les normaliens des années 1960, au spectacle qui marquera au mois de juin la clôture de son cours. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 28, Paris, Collège de France, avril 2010, p. 9-10, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Michel Zink, « Jacques Nichet », La lettre du Collège de France [En ligne], 28 | avril 2010, mis en ligne le 10 mai 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1021

Haut de page

Auteur

Michel Zink

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page