Navigation – Plan du site
Actualité
Leçons inaugurales

Le théâtre n’existe pas (extrait)

Chaire de Création artistique, année académique 2009-2010
Jacques Nichet
p. 8

Résumé

Jacques Nichet a donné sa leçon inaugurale le 11 mars 2010.
Son cours intitulé « Le théâtre n’existe pas » a commencé le 18 mars 2010.

Haut de page

Notes de la rédaction

La leçon inaugurale sera disponible prochainement aux éditions Fayard.
La vidéo est disponible sur le site du Collège de France.

Texte intégral

1Nous avons assisté depuis une quarantaine d’années à tant de singulières métamorphoses théâtrales : elles ont bousculé et renversé hardiment les traditions de l’art dramatique. Comment s’expliquent de telles transformations ? De quelles diverses façons se sont inventées ces formes insoupçonnées, ces visions inconnues ? Luca Ronconi, Ariane Mnouchkine, Peter Schumann, Robert Wilson, François Tanguy, Tadeusz Kantor, Denis Marleau, Valère Novarina, Pina Bausch et tant d’autres m’ont arraché à moi-même et à mes certitudes, m’ont enthousiasmé, ébranlé, ému, éberlué, irrité parfois… Comment s’étonner qu’au milieu de tant de modèles divergents, le public parfois s’égare ? Que voit-il ? Est-ce encore du théâtre ? Il arrive qu’un spectacle fasse événement en divisant le public et la critique. Un camp attaque le réalisateur au nom de l’art assassiné, l’autre l’acclame au nom de l’art régénéré.

2Zola a donné, il y a plus d’un siècle, un conseil aux artistes pris dans les querelles du moment :

Chaque fois qu’on voudra vous enfermer dans un code en déclarant : ceci est du théâtre, ceci n’est pas du théâtre, répondez carrément : le théâtre n’existe pas. Il y a des théâtres et je cherche le mien.

3De cette pratique en effet, ne surgissent que des formes singulières, dissemblables, passagères… Et Zola insiste avec fermeté :

Il n’y a pas d’absolu, jamais ! dans aucun art ! S’il y a un théâtre, c’est qu’une mode l’a créé hier et qu’une mode l’emportera demain !

4Les affirmations de Zola n’ont jamais visé aussi juste qu’aujourd’hui. En réponse à la bousculade et à la fragmentation d’un monde échappant à nos repères, les spectacles n’ont cessé de se multiplier et de se différencier. Ils tentent de faire écho à nos douloureuses impressions de désorientation et d’incertitude. Les artistes, chacun à sa manière, essaient de réagir par d’autres pratiques, d’autres alliances, d’autres modes de production.

5À côté du grand théâtre, enfermé dans sa légitimité sont apparues, dès les années 70, des formes bâtardes, souvent réalisées en peu de temps et sans trop d’argent. On a vu ainsi advenir un grand nombre de propositions inhabituelles qui voulaient marquer leur différence face aux productions des institutions mais aussi face au conformisme répétitif des chaînes télévisuelles.

6En affirmant leur originalité, ces essais, appelés souvent « petites formes », ont montré d’autres façons d’inventer le théâtre : elles méritent d’être mieux reconnues.

7Mon plus grand plaisir serait de retrouver le choc d’une surprise, le surgissement de l’émotion comme pour la première fois, le soir où nous avons vu Orlando Furioso de Luca Ronconi, 1789-1793 d’Ariane Mnouchkine et du Theâtre du Soleil, Un garçon dit au revoir à sa mère et Fire de Peter Schumann et du Bread and Puppet, Le regard du sourd de Robert Wilson, La classe morte de Tadeusz Kantor, Les aveugles de Maeterlinck dans la fantasmagorie de Denis Marleau, L’acte inconnu de Valère Novarina, Café Muller et Barbe-Bleue de Pina Bausch. Il y a quarante ans tous ces spectacles étaient inimaginables. « Si tu peux l’imaginer, tu peux le faire » dit le sculpteur Calder. Il a juste fallu un artiste un jour pour les imaginer.

Le théâtre n’existe pas
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 28, Paris, Collège de France, avril 2010, p. 8, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Jacques Nichet, « Le théâtre n’existe pas (extrait) », La lettre du Collège de France [En ligne], 28 | avril 2010, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1014

Haut de page

Auteur

Jacques Nichet

Fondateur du théâtre de l’Aquarium et de la compagnie l’Inattendu. Directeur du Théâtre national de Toulouse de 1998 à 2007.

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page