Navigation – Plan du site
Actualité
Leçons inaugurales

Gérer les changements climatiques. Climat, croissance, développement et équité

Chaire Développement durable - Environnement, énergie et sociétéannée académique 2009-2010
Nicholas Stern
p. 7

Résumé

Nicolas Stern a donné sa leçon inaugurale le 4 février 2010. Son cours intitulé « Gérer les changements climatiques, promouvoir la croissance, le développement et l’équité » a commencé le 5 février 2010.

Haut de page

Notes de la rédaction

La chaire reçoit le soutien de Total.
La leçon inaugurale sera disponible prochainement aux éditions Fayard. La vidéo est disponible sur le site du Collège de France.

Texte intégral

1Le monde et la planète sont à la croisée des chemins. Si nous n’agissons pas dès maintenant avec détermination pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, si nous poursuivons sur le chemin de la croissance intensive en carbone du siècle dernier, nous nous exposons à de véritables catastrophes géophysiques. Ces phénomènes auraient probablement pour conséquence de redessiner la carte des terres habitables et de redéfinir les modes de vie  : nous risquons ainsi d’assister à des migrations de très grande ampleur, susceptibles de déclencher un conflit violent, durable et global. L’immobilisme est la plus pernicieuse des politiques. Mais c’est une voie ô combien facile dans un monde dominé par des considérations politiques de court terme et égoïstes, ainsi que par la défiance envers les autres.

2Il existe une autre voie, bien plus désirable. Si nous agissons ensemble à l’échelle mondiale, fermement, en bonne intelligence, équitablement et de façon créative, nous pouvons inaugurer une nouvelle ère de croissance et de développement. Cette nouvelle ère sera plus efficace et stable sur le plan énergétique, plus juste, plus sûre, plus paisible, plus propre et davantage respectueuse de la biodiversité. Nous avons l’opportunité de redéfinir le développement, ce qui le caractérise ainsi que la façon d’y parvenir, et d’en faire quelque chose de bien plus désirable que ce que nous avons connu par le passé. En outre, la transition vers une croissance sobre en carbone pourrait bien s’avérer être la période la plus dynamique et passionnante de l’histoire mondiale. La croissance intensive en carbone ne peut à l’inverse que s’autodétruire  : d’abord en raison de la hausse des prix des hydrocarbures ; ensuite, et plus fondamentalement, car elle créerait un environnement physique particulièrement hostile.

3L’analyse économique et politique du changement climatique repose largement sur le constat scientifique de l’origine anthropique du phénomène. Nous émettons plus de gaz à effet de serre que la planète ne peut en absorber. La concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère augmente, ce qui a pour effet de piéger une plus grande proportion de l’énergie solaire qui est réfléchie par la Terre, donc de faire monter les températures. […] L’immobilisme aurait des conséquences considérables sur les modes de vie. Nous allons voir en effet qu’il existe des probabilités élevées pour que d’ici à la fin du siècle ou au début du suivant, les températures s’élèvent à un niveau inédit depuis 30 millions d’années – alors même que l’Homo sapiens n’existe que depuis 200 000 ans à peine.

4Le changement climatique, d’un point de vue logique, est un problème de nature globale, car le lieu d’émission des gaz à effet de serre n’a pas d’importance. Les risques encourus sont gigantesques ; c’est donc, fondamentalement, un problème de gestion du risque à très grand échelle.

5[…] Il ne fait aucun doute que nous devons étudier de toute urgence et avec le plus grand soin la science du changement climatique, que nous devrons nous adapter, examiner les possibilités de géo-ingénierie et investir massivement dans de nouvelles technologies efficaces et sobres en carbone. Nous pouvons – et devons – faire des progrès sur tous ces fronts. Mais il serait extrêmement irresponsable d’agir comme si la probabilité d’avancées majeures et immédiates sur ces sujets était tellement importante qu’elle justifierait l’immobilisme. L’attentisme, bien au contraire, est très dangereux : les gaz à effet de serre s’accumulent dans l’atmosphère, et le dioxyde de carbone, en particulier, a une très longue durée de vie. Un effet de cliquet est à l’œuvre. Plus on retarde l’action, plus la concentration de départ est importante, dangereuse, et difficile à faire baisser. Or, nous nous trouvons déjà près des niveaux critiques au-delà desquels il devient encore plus probable que des phénomènes d’emballement s’enclenchent, qui provoqueraient des émissions supplémentaires de gaz à effet de serre, l’assèchement des puits de carbone, des extinctions d’espèces et des destructions irréversibles.

Gérer les changements climatiques. Climat, croissance, développement et équité
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 28, Paris, Collège de France, avril 2010, p. 7, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Nicholas Stern, « Gérer les changements climatiques. Climat, croissance, développement et équité », La lettre du Collège de France [En ligne], 28 | avril 2010, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1008

Haut de page

Auteur

Nicholas Stern

Docteur en économie de l’université d’Oxford, professeur à la London School of Economics et membre de la British Academy.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page