Navigation – Plan du site
Actualité
Leçons inaugurales

Les nanotechnologies peuvent-elles contribuer à traiter les maladies sévères ? (extraits)

Chaire d’innovation technologique Liliane Bettencourt, année académique 2009-2010
Patrick Couvreur
p. 6

Résumé

Patrick Couvreur a donné sa leçon inaugurale le 21 janvier 2010.
Son cours intitulé « Les nano-médicaments » a commencé le 25 janvier 2010.

Haut de page

Notes de la rédaction

La leçon inaugurale sera disponible prochainement aux éditions Fayard. La vidéo est disponible sur le site du Collège de France.

Texte intégral

1[…] Les nanotechnologies ont fait leur apparition et le monde de l’infiniment petit a révolutionné la manière d’administrer les médicaments. Parce qu’elles sont à une échelle nanométrique (1 nm = 10-9m), les nanotechnologies ne sont pas la simple miniaturisation d’objets plus grands mais elles possèdent des propriétés que l’on ne retrouve qu’à cette échelle de taille. Le domaine du médicament n’échappe pas à cette règle. Jusqu’au début des années 1970, on considérait qu’il n’était pas possible d’administrer par voie intraveineuse des suspensions pharmaceutiques (dispersion de particules solides dans un liquide), en raison des risques évidents d’embolie. Aujourd’hui, la conception de suspensions nanoparticulaires chargées en médicaments (« nanomédicaments ») permet au contraire d’augmenter l’index thérapeutique de nombreux composés (amélioration de l’activité, réduction de la toxicité) en les adressant de manière sélective vers les tissus et cellules malades (« vectorisation des médicaments »). Le passage d’une taille de quelques dizaines de microns à quelques centaines voire dizaines de nanomètres a donc permis de réaliser un saut technologique et médical important.

2Cette leçon inaugurale a l’ambition de montrer que les concepts de la physico-chimie, le développement de nouveaux matériaux (synthèse de nouveaux polymères ou de nouveaux lipides, par exemple) et une meilleure connaissance des cibles biologiques permettent d’imaginer des systèmes sub-microniques d’administration dotés de nombreuses fonctions et propriétés, bref de développer des nanotechnologies « intelligentes » qui peuvent, en effet, contribuer à diversifier notre arsenal thérapeutique dans le traitement des maladies sévères.

3Appliquées à la vectorisation des médicaments, ces nanotechnologies ont un diamètre intermédiaire entre celui des virus et des bactéries et ressemblent donc aux particules naturelles. D’autre part, il est possible de construire des nanotechnologies « intelligentes » car nous disposons aujourd’hui d’une grande variété de matériaux et de biomatériaux qui peuvent être mis en œuvre suivant des procédés astucieux.

4[…] Le « cœur » des nanovecteurs permet d’encapsuler des molécules biologiquement actives pour les rendre « invisibles » vis-à-vis des mécanismes de détoxification, comme par exemple ceux dont sont équipées les cellules cancéreuses. En effet, les mécanismes de résistance développés par ces cellules peuvent se traduire par l’expression de protéines d’efflux (PgP, MRP etc.) qui expulsent les médicaments à l’extérieur de la cellule. Cette résistance dite « multidrogue » (MDR) rend inopérants la plupart des traitements chimiothérapeutiques classiques. Nous avons eu l’idée d’essayer de contourner ce mécanisme de résistance en encapsulant la doxorubicine (un agent anticancéreux intercalant de l’ADN) dans des nanoparticules préparées à partir d’un polymère biodégradable, le polyalkylcyanoacrylate. Sous cette forme, les protéines d’efflux ne peuvent plus reconnaître la doxorubicine et les cellules cancéreuses redeviennent ainsi sensibles à la doxorubicine. Ce concept a été appliqué au traitement expérimental de l’hépatocarcinome résistant car ces nanoparticules, comme tous les colloïdes, sont reconnus par le foie (via les cellules de Kupffer) après administration intraveineuse. Cette technologie a permis la création de la société BIOALLIANCE et un essai multicentrique de phase II/III est actuellement en cours.

5[…] Le « cœur » des nanotechnologies permet aussi l’encapsulation de molécules fragiles. « Biomimétiques » ou issues des biotechnologies, des macromolécules comme l’ADN, les siRNA ou les oligonucléotides antisens, les peptides et les protéines offrent des perspectives thérapeutiques importantes ; elles seront peut-être à la base des thérapeutiques de demain (thérapie génique non virale, inhibition d’oncogènes ou de gènes viraux, thérapeutiques ciblées à l’aide d’anticorps etc.).

Les nanotechnologies peuvent-elles contribuer à traiter des maladies sévères ?
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 28, Paris, Collège de France, avril 2010, p. 6, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Patrick Couvreur, « Les nanotechnologies peuvent-elles contribuer à traiter les maladies sévères ? (extraits) », La lettre du Collège de France [En ligne], 28 | avril 2010, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1005

Haut de page

Auteur

Patrick Couvreur

Professeur de Pharmacotechnie à l’Université Paris-Sud. Membre senior de l’Institut universitaire de France. En 2000, il crée l’École doctorale « Innovation thérapeutique ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page