Navigation – Plan du site
Actualité
Leçons inaugurales

L’épidémie du sida et la mondialisation des risques (extraits)

Chaire Savoirs contre pauvreté, année académique 2009-2010
Peter Piot
p. 5

Résumé

Peter Piot a donné sa leçon inaugurale le 7 janvier 2010. Son cours intitulé « L’épidémie du sida et la mondialisation des risques » a commencé le 5 février 2010.

Haut de page

Notes de la rédaction

La chaire reçoit le soutien de l’Agence française de développement.
La leçon inaugurale sera disponible prochainement aux éditions Fayard. La vidéo est disponible sur le site du Collège de France.

Texte intégral

1[…] Un virus qui n’était même pas connu il y a moins de trente ans a bouleversé les schémas de progrès en matière de santé et de développement socio-économique dans de nombreux pays, surtout en Afrique subsaharienne. Ainsi, en trois décennies, à peu près soixante millions de personnes ont été infectées par le VIH – le virus de l’immunodéficience humaine –, parmi lesquelles vingt-cinq millions sont mortes jusqu’ici. Ces dizaines de millions de personnes ont été connectées les unes aux autres par des rapports sexuels, par exposition aux produits sanguins ou aiguilles contaminés, ou parce que leur mère était infectée par le VIH. En outre, selon les études génétiques et épidémiologiques, il est probable que tout ait commencé avec une seule personne et un unique virus. Tout ceci montre une autre face de la mondialisation, ainsi qu’une nouvelle dimension du concept de parents de sang !

2[…] L’épidémie du sida continue son expansion mondiale depuis trois décennies : aujourd’hui, 33,4 millions de personnes vivent avec le VIH ; en 2008, 2,7 millions de nouvelles infections ont été contractées et il y a eu 2 millions de décès. Qui aurait pu prévoir la pire pandémie de l’histoire moderne depuis la grippe espagnole quand, en juin 1981, le Weekly Morbidity Mortality Report des Centers for Disease Control d’Atlanta a publié un bref article sur un syndrome d’origine inconnue, caractérisé par une pneumonie rare causée par Pneumocystis carinii chez cinq hommes blancs homosexuels aux États-Unis ? Il s’agit d’un dilemme classique en santé publique : quand on détecte quelques cas d’une nouvelle maladie, ces cas resteront-ils isolés ou s’agit-il du début d’une épidémie ? Les expériences du sida, du SARS et de l’encéphalite spongiforme bovine, notamment, ont introduit le principe de précaution en santé publique ; son application la plus récente est la campagne contre la grippe H1N1. On peut se poser la question légitime de savoir combien de millions d’infections par le VIH et de morts auraient pu être évitées si les responsables sanitaires et politiques avaient appliqué ce principe de précaution à l’échelle planétaire dès le début de l’épidémie du sida, en y mettant les moyens déployés ces dernières années.

3[…] C’est dans le domaine de l’accès aux traitements que les progrès ont été le plus spectaculaires. Fin 2008, quatre millions de personnes dans les pays à moyen et faible revenu bénéficiaient d’un traitement antirétroviral. Bien que ceci ne représente que 42 % des besoins, nous venons de très loin : en 2000, moins de 200 000 personnes étaient sous traitement antirétroviral dans les pays en développement – la majorité vivant au Brésil, premier pays en développement à offrir gratuitement les soins aux personnes infectées par le VIH.

4[…] Les progrès en matière de prévention sont moins spectaculaires, bien que de nombreux pays connaissent une baisse du nombre des nouvelles infections par le VIH. De manière globale, pour chaque nouveau patient mis sous traitement, presque trois nouvelles infections par le VIH surgissent quelque part dans le monde, comme si nous perdions toujours la course avec le virus. […]

5Une fois encore, « preuve scientifique » ne signifie pas automatiquement « acceptation » et « action ». Beaucoup de science est perdu dans la traduction – lost in translation… Nous l’avons constaté dans de très nombreux secteurs de la santé. Par exemple, la convention internationale sur le contrôle du tabagisme n’a été approuvée par les États membres de l’OMS que plus de cinquante ans après la preuve de la corrélation entre tabac et cancer du poumon a été établie par Doll et Hill : une inaction qui a causé des millions de morts et qui continue à tuer. Pour éliminer la pauvreté, le monde a sans doute encore plus besoin d’application des sciences que de savoirs contre la pauvreté !

L’épidémie du sida. Mondialisation des risques, transformations de la santé publique et développement
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 28, Paris, Collège de France, avril 2010, p. 5, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Peter Piot, « L’épidémie du sida et la mondialisation des risques (extraits) », La lettre du Collège de France [En ligne], 28 | avril 2010, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1002

Haut de page

Auteur

Peter Piot

Professeur de santé mondiale et directeur de l’Institut pour la santé mondiale de l’Imperial College à Londres. De 1995 à 2008 directeur exécutif du programme commun des Nations unies sur le VIH/SIDA.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page